Les candidats interdits de smartphones lors du prochain débat présidentiel

culture geek

Par Elodie le

François Fillon recevait les conseils de sa communicante lors du premier débat présidentiel diffusé sur TF1. Un avantage dénoncé par certains commentateurs et candidats qui appelaient à cette interdiction.

smartphones-interdits-débat-présidentiel
capture d’écran – TF1

François Fillon « a triché » lors du premier débat présidentiel : cette sentence émanant de l’éditorialiste Bruno Roger-Petit dans Challenges était sans appel. Le journaliste faisait référence à l’échange de SMS entre le candidat LR et sa communicante en chef, Anne Meaux (qui a démenti). Un échange qui s’est produit lors de la première heure du débat et qui a suscité de nombreuses interrogations de la part des internautes et téléspectateurs, mais aussi les critiques de ses adversaires.

Bruno Roger-Petit appelait à une interdiction pure et simple des téléphones portables lors du prochain débat présidentiel afin de faire respecter le principe d’équité entre les candidats. Des représentants de ces derniers s’en étaient émus dans différents médias. Invité de « L’Émission politique » sur France 2 jeudi soir, François Fillon a dénoncé une « calomnie supplémentaire ».

Des SMS échangés avec sa communicante

« Je vous assure que je ne reçois jamais de SMS pendant une émission » , a-t-il assuré. Contrairement à ce que semble prouver une vidéo du Huffington Post, dans la foulée des révélations du Parisien et du Figaro.

Quoi qu’il en soit, les organisateurs du prochain débat ont tranché : aucun téléphone ne sera autorisé pour les candidats sur le plateau de BFM pour le débat du 4 avril prochain.

>> Présidentielle 2017 : voici le programme numérique des principaux candidats

Source: Source