Un youtubeur russe condamné à de la prison avec sursis pour avoir joué à Pokémon Go dans une église

Business

Par Gaël Weiss le

Le youtubeur russe Rouslan Sokolovski a été condamné aujourd’hui à trois ans et demi de prison avec sursis par la justice russe pour avoir joué à Pokémon Go dans une église russe.

C’est une histoire qui se termine très mal pour le blogueur Rouslan Sokolovski. Rappel des faits : en août 2016, le jeune russe décidé de réaliser une vidéo dans laquelle il se demande si l’on peut vraiment offenser quelqu’un en entrant avec un smartphone dans une église. La vidéo, d’abord très confidentielle a rapidement été relayée par les médias russes. Au point qu’une plainte a été déposée au début du mois de septembre par les autorités locales pour incitation à la haine et d’offense aux sensibilités religieuses.

À l’époque, le youtubeur venait tout juste d’être mis en détention pour une période de deux mois. Il a été libéré depuis et son procès s’est terminé aujourd’hui. La justice russe a donc condamné le jeune homme à trois ans et demi de prison avec sursis, mais aussi à l’interdiction de participer à une manifestation publique et à 160 heures de travaux d’intérêt général rapporte le Monde.

Une peine bien plus sévère qu’il n’y paraît. Le journal français relaie ainsi la déclaration de son avocat, qui précise : « il va faire son entrée dans la liste des “extrémistes”, ses cartes bancaires vont être bloquées, ses déplacements seront limités ». L’avocat de Rouslan Sokolovski a indiqué qu’il allait faire appel.

Une condamnation pour des raisons politique

Il faut noter que l’accusation s’est montrée particulièrement sévère envers Rouslan Sokolovski. Outre son entrée dans l’église de la ville d’Iekaterinbourg, la justice russe lui a reproché d’avoir tourné des vidéos s’en prenant aux musulmans, aux féministes ou au patriarche Kirill, selon le Figaro. La justice l’a donc accusé d’« incitation à la haine » et d’ « offense aux sensibilités religieuses », conformément à une loi datant de 2013, celle-là même qui avait envoyé les Pussy Riots en prison il y a quelques années. Un message tout ce qu’il y a de plus politique.

« Avec la condamnation de Sokolovsky, les autorités russes veulent envoyer un message à tous ceux qui veulent défier ses lois grotesques sur le blasphème » a déclaré Sergei Nikitin, le directeur d’Amnesty International en Russie. « Qu’on ne se fasse pas d’illusion, ce n’est ni de la piété ni un véritable effort pour protéger la liberté de religion en Russie […]. C’est une nouvelle attaque contre la liberté d’expression ».