Une bactérie inconnue vient d’être découverte sur l’ISS, mais pas la peine de paniquer

Espace

Par Jules le

L’agence spatiale américaine a déniché une bactérie inconnue de l’homme sur l’ISS. Si les scientifiques en savent peu sur son origine et son rôle, elle pourrait représenter un espoir d’avancée dans la recherche sur la protection vis-à-vis des radiations.

Il était une fois… La Vie.

Le 27 juillet 2007 s’éteignait le onzième président indien, Avul Pakir Jainulabdeen Abdul Kalam. Scientifique indien le plus honoré, Abdul Kalam s’est notamment illustré en parvenant à doter l’Inde de l’arme atomique. Cette prouesse lui vaut le surnom de “L’homme du missile indien”. Il est également reconnu pour sa contribution active au développement du premier lanceur indien de satellites, le SLV-13 .

“Mais pourquoi parler de cet illustre scientifique dix ans après sa mort ?”, nous direz-vous. Car désormais, Abdul Kalam possède une bactérie à son nom. Un organisme inconnu sur Terre qui plus est. En effet, la Nasa a découvert une bactérie, jamais détectée sur Terre, ayant survécu de nombreuses semaines au sein de la station spatiale internationale.

Une bactérie inconnue mais pleine de promesses

Repérée sur un filtre du système de nettoyage, ayant séjourné 40 mois dans l’ISS, par les chercheurs du Jet Propulsion Laboratory, la Solibacillus Kalamii (c’est son petit nom) est “une bactérie qui forme des spores”, comme l’explique le Dr Kasthuri Venkateswaran, scientifique senior de la division biotechnologie de JPL.

Alors calmons tout de suite les ardeurs de ceux qui y voient la première rencontre de l’humanité avec une forme de vie extraterrestre, pour le Dr Venkateswaran, il est probable que cet organisme, bien qu’il n’ait jamais été découvert sur notre bonne vielle planète, se soit incrusté à bord d’une cargaison en partance pour l’ISS et jusque là survécu à des conditions extrêmes.

Crédit :

Alors que les scientifiques continuent d’analyser la Solibacillus Kalamii pour déterminer sa provenance ainsi que ses caractéristiques, leurs premiers résultats laissent penser que la bactérie pourrait aider les scientifiques à dénicher un nouveau moyen de se protéger des radiations. Ou alors elle va produire des spores nocifs pour l’homme et déclencher une pandémie qui va ravager l’humanité et nous offrir une version IRL de The Last of Us, c’est au choix.

Source: Source