Donald Trump l’assure, Apple lui a promis trois usines aux États-Unis

Apple

Par Henri le

Avant même son élection, Donald Trump avait déclaré qu’Apple devait faire des efforts pour construire sur le sol américain. Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd.

Tout au long de sa campagne, Donald Trump avait promis de faire le forcing sur les entreprises américaines qui délocalisent afin de les pousser à produire aux États-Unis. C’était notamment le cas de Apple, fleuron technologique qui produit ses smartphones et tablettes en Chine. Récemment interviewé par le Wall Street Journal, le président a laissé savoir que le message était passé auprès du PDG de la firme.

“J’ai parlé à (monsieur Cook), il m’a promis trois grandes usines, grandes, grandes, grandes. […] De belles usines. J’ai dit ‘Tim, à moins que vous ne commenciez à construire vos usines dans ce pays, je ne considérerais pas mon administration comme un succès économique’. Il m’a appelé et il a dit qu’ils le faisaient”

Crédits : IphoneDigital

Malgré ces déclarations, Donald Trump n’est pas rentré plus loin dans les détails, cultivant son gout pour les déclarations lacunaires. Cependant, Tim Cook a bel et bien mis en place un fonds d’investissement estimé à un milliard de dollars, destiné à faire travailler plus de personnes aux États-Unis. Ces dernières seraient assignées à des tâches de fabrication avancées. Pas question de rapatrier la plus grosse partie de sa chaine d’approvisionnement pour autant.

Crédits : IphoneDigital

Trump peut-il déjà crier victoire ? Pas tout à fait. Contrairement aux géants américains ayant quitté le continent pour produire à bas cout, Apple a créé les emplois directement en Chine. La firme de Cupertino en a d’ailleurs profité pour repartir sa fortune (qui dépasse les 250 milliards de dollars), en évitant de la rapatrier aux USA… En payant 35 % de taxe.

Il parait donc parfaitement plausible qu’Apple veuille renvoyer la monnaie de la pièce à son propre pays. Voilà qui pourrait calmer les ardeurs de Washington en créant quelques milliers d’emplois et améliorer l’image de la firme auprès des Américains. Les usines chinoises ont encore de beaux jours devant elles.