Le Yara Birkeland sera un des premiers cargos porte-conteneurs tout électrique et autonome

S’il existe des voitures et des camions électriques et autonomes, pourquoi pas… des cargos ? La Norvège a décidé de se lancer sur ce créneau vraiment tout neuf, avec le Yara Birkeland.

Ce cargo porte-conteneurs, dont le nom est emprunté à celui d’un scientifique norvégien de renom (Kristian Birkeland), est une conception de Kongsberg, un groupe industriel spécialisé dans la défense, et Yara International, un fabricant d’engrais. Le Yara Birkeland aura pour mission le transport d’engrais entre les ports norvégiens. Et les concepteurs de ce cargo voient les choses en grand : à terme, il devra en effet transporter une centaine de conteneurs.

La mise au point d’un cargo tout électrique et autonome obéit à des impératifs économiques tout autant qu’écologiques. Il reviendra ainsi moins cher de transporter des engrais ou tout autre produit dans un cargo sans équipage ou presque. Exploiter le transport maritime plutôt que la route permet aussi d’économiser des voyages en camion ; on estime que le Yara Birkeland sera capable de remplacer 40.000 voyages par la route.

Écologique et économique

Écologiquement parlant, l’usage d’énergie propre est bien sûr préférable au pétrole des camions ou au fioul des porte-conteneurs traditionnels (pour peu que l’électricité destinée aux batteries provienne de sources renouvelables). Les deux entreprises à l’origine du projet ont l’ambition de contribuer sérieusement à la réduction des émissions de gaz à effet du pays. Un cargo est aussi polluant que 50 millions de voitures, selon les calculs de l’industrie.

Le cargo devrait être finalisé dès l’année prochaine, avec dans la foulée le début des phases de test qui se prolongeront jusqu’en 2020. Il faudra déterminer les performances du logiciel en charge de piloter le navire : détection d’autres bateaux, d’obstacles, définition de trajectoire…

Tout cela parait bien beau, mais il reste un écueil, celui de l’argent. Construire un tel porte-conteneurs revient à trois fois le coût d’un cargo classique. Il s’agit d’un investissement car sur le long terme, un navire tout électrique et autonome présente des coûts de fonctionnement 90% moins élevés.

Source: Source