Sur l’île de Jersey, les frelons n’hésitent pas à attaquer les drones trop curieux

drone

Par Henri le

Les drones sont désormais utilisés pour de nombreuses tâches. Mais certains insectes ne voient pas d'un très bon œil l'arrivée de ces petits robots volants. Et...

Les drones sont désormais utilisés pour de nombreuses tâches. Mais certains insectes ne voient pas d’un très bon œil l’arrivée de ces petits robots volants. Et le font savoir.

Crédits : Gary Alpert / Wikipedia

L’utilisation de drones dépasse désormais le simple aspect récréatif. Preuve en est, les pompiers l’utilisent de plus en plus pour effectuer du repérage. En effet, Jersey, la plus grande île anglo-normande est actuellement confrontée à une invasion de frelons géants, qui se sont installés depuis quelque temps dans le sud de l’Angleterre.

Cet insecte, dont le vrai nom est Vespa Mandarinia, est particulièrement agressif. Originaire d’Asie, il mesure cinq fois la taille d’une abeille, et est capable d’en tuer 300 en moins d’une heure. Il faut donc surveiller le développement des essaims avec beaucoup d’attention.

Crédits : KENPAI / Wikipedia

C’est pour cette raison que les pompiers ont décidé d’utiliser un appareil volant pour les surveiller, alors qu’ils servent d’habitude à surveiller les départs de feu. Ils se sont rendu compte de l’existence de deux nids d’environ un mètre de long chacun. L’un d’entre eux réunissant tout de même 6000 insectes.

Mais cette surveillance n’a semble-t-il pas plu aux principaux concernés, qui ont entendu le bruit produit par les hélices. Le drone s’est ainsi fait charger par un essaim de frelons, qui se sont mis à projeter leur venin. Ce dernier a battu en retraite, et était complètement couvert de ces sécrétions lorsque les pompiers l’ont récupéré. Quand on voit la différence de taille entre un de ces insectes et le drone, on comprend qu’ils n’ont peur de rien.

Crédits : Une photo du Jersey Evening Post, montrant la bataille

Cette escapade s’est malgré tout révélée très utile puisqu’elle a permis de prendre la mesure du problème. L’île de Jersey ne se trouve en effet qu’à une trentaine de kilomètres des côtes françaises (le frelon asiatique étant déjà implanté chez nous). Quand on sait qu’un nid peut produire jusqu’à 200 reines, qui peuvent à leur tour créer d’autres nids, il y a de quoi s’inquiéter. Surtout pour l’ensemble des pollinisateurs naturels, que les frelons attaquent férocement.

Les drones pourraient donc jouer un rôle de plus en plus important dans le repérage et par extension, la protection de l’environnement.