Nvidia dévoile le PX Pegasus, un ordinateur de bord surpuissant capable de rendre les voitures totalement autonomes

Automobile

Par Gaël Weiss le

Nvidia n’est pas uniquement un concepteur de carte graphique. L’entreprise américaine a bien conscience que la voiture autonome est une piste très sérieuse (et lucrative) de diversification. Elle vient justement de dévoiler PX Pegasus, un ordinateur de bord surpuissant qui sera capable de gérer l’intégralité des capteurs d’une voiture autonome, au point d’en faire des véhicules autonomes de niveau 5.

La carte Drive PX Pegasus.

Ce n’est pas la première fois que Nvidia met un pied dans le monde des véhicules autonomes. Au début de l’année 2016, la société américaine avait déjà dévoilé Drive PX 2, une plateforme hardware et software capable de rendre les voitures semi-autonomes. Le PX Pegasus est son successeur.

Un ordinateur en avance de deux générations

Le PX Pegasus, concrètement, c’est un ordinateur surpuissant de la taille d’une grosse carte-mère. C’est un premier point important, puisqu’aujourd’hui l’électronique embarquée par les différents constructeurs automobiles dans leurs véhicules autonomes prend souvent l’intégralité de l’espace du coffre.

Sur cette carte-mère, Nvidia a installé des composants à la pointe de la technologie. On y trouve deux SoC Xavier, dotés de iGPU de génération Volta (la prochaine génération de cartes graphiques qui succèdent aux GeForce 10XX actuelles), mais aussi de deux GPU de génération post-Volta, autrement des puces dotées d’une toute nouvelle architecture. Un ordinateur qui possède donc deux générations d’avance sur les PC les plus puissants du moment.

Objectif : rendre la voiture totalement autonome

La puissance délivrée par PX Pegasus est faramineuse. Nvidia parle ainsi d’une plateforme capable d’effectuer jusqu’à 320 trillions d’opérations à la seconde (TOPS), soit dix fois plus que le Drive PX 2, et d’une bande passante mémoire de 1 To/s. Cette puissance de calcul va ainsi permettre à l’ordinateur de bord de centraliser toutes les informations issues de 16 capteurs de la voiture – y compris la redondance – et de les traiter en temps réel.

Nvidia affirme que cette puissance, associée aux services et fonctionnalités développés par les différents constructeurs automobiles et équipementiers réseaux des infrastructures routières permettra de faire rouler des véhicules autonomes de niveau 5. Ce fameux niveau 5, c’est le Graal visé par les constructeurs automobiles. C’est le niveau d’autonomie maximal, qui permet de débarrasser la voiture de tout volant et pédale (et donc de conducteur) et permet à l’utilisateur de la voiture d’y entrer et de la quitter sans jamais s’en soucier.

Les robotaxis premiers servis

Nvidia est toutefois bien conscient que ces véhicules n’arriveront pas sur le marché grand public avant de nombreuses années. PX Pegasus devrait être disponible auprès des intégrateurs automobiles à partir du second semestre 2018 et devrait commencer à être utilisé par des « robotaxis » peu après.

Source: Source