Pour l’ouverture du congrès du PCC, WeChat censure ses utilisateurs chinois

Sur le web

Par Elodie le

Alors que le 19e congrès du Parti communiste chinois s’ouvre ce 18 octobre à Pékin, la censure s’intensifie dans l’Empire du Milieu. Wechat lance les hostilités contre ses utilisateurs.

Tous les 5 ans, les caciques du Parti Communiste Chinois (PCC) se réunissent autour de son leader, le secrétaire général et président du pays, pour faire le bilan des cinq années passées et dresser les ambitions des cinq années à venir. Un événement si important que les autorités sont en état d’alerte et préparent le terrain des semaines en amont. Comprenez par là : empêcher toute voix discordante de se faire entendre, spécialement sur les réseaux sociaux.

Au cours de cette période, la censure s’intensifie pour atteindre des sommets tout au long des 7 jours que dure le congrès. WhatsApp en a ainsi fait le frais fin septembre : déjà partiellement bloquées en Chine, les autorités semblaient être parvenues à censurer totalement l’application selon les retours de certains utilisateurs.

800 millions d’utilisateurs concernés

Aujourd’hui, au tour de WeChat de lancer les hostilités. Le service de messagerie empêche désormais ses 800 millions d’utilisateurs de changer leur surnom, leur photo de profil ou leur biographie (ou tagline) jusqu’à la fin du mois d’octobre, rapporte le blogueur et spécialiste du réseau social, Matthew Brennan. Certains utilisateurs se servent de leur photo de profil ou de leur biographie pour faire passer des messages, les autorités limitent ainsi les discours ou idées politiques contraires à la propagande du PCC.

Une censure toujours plus importante

Ce n’est pas une première pour WeChat rappelle The Next Web, la plateforme a déjà censuré ses membres en bloquant certains mots spécifiques sur demandes du gouvernement. Et pour ne pas attirer l’attention, WeChat a supprimé une fonctionnalité qui permettait d’avertir les utilisateurs lorsqu’un mot utilisé est censuré.

Wechat ne devrait pas être le seul média en ligne à se voir censuré. La plupart des applications occidentales sont interdites, comme Facebook, Twitter ou Google, et le gouvernement chinois censure déjà le contenu qui s’éloignerait des « valeurs socialistes fondamentales » grâce son « grand Firewall », l’outil de censure du régime.

Afin de prévenir tout contournement des blocages et interdictions opérés par le régime, les VPN « non autorisés » par le gouvernement ont également été interdits en début d’année.