La Chine interdit les VPN “non autorisés”

Général

Par Elodie le

L’empire du Milieu opère un nouveau tour de vis sur Internet et muscle sa censure. Les réseaux privés virtuels (VPN) « non autorisés » par le gouvernement sont désormais interdits.

chine-interdit-vpn

En novembre 2015, la Chine mettait en place ses premières mesures de rétorsion à l’encontre des applications de messageries étrangères, comme WhatsApp et Telegram, et des VPN. Les usagers pouvaient voir leur mobile mis hors service et devaient alors se tourner vers les autorités pour espérer avoir accès à un service de restauration.

Aujourd’hui, les autorités chinoises entendent « nettoyer » le secteur des télécommunications et lancent une campagne de 14 mois visant les connexions internet non autorisées, dont les VPN qui permettent de contourner la censure imposée par le gouvernement, rapporte le South China Morning Post.

Nouveau tour de vis sur Internet

« Le marché de l’Internet donne des signes de développement désordonné qui demande une gouvernance et une régulation urgente », explique ainsi le ministère de l’Industrie et des Technologies de l’information dans une note publiée dimanche soir. Une mesure qui s’appliquera aux fournisseurs d’accès à Internet (FAI), aux centres de données (IDC) et aux réseaux de diffusion de contenu (CDN). Ces derniers ne pourront pas « créer ou louer des lignes de communication spéciales, dont les VPN » (pour Virtual Private Network), sans autorisation expresse du gouvernement.

Ce grand nettoyage commence dès aujourd’hui et durera jusqu’au 31 mars 2018, rendant de fait tous les VPN non autorisés hors la loi. Officiellement, il s’agit de « renforcer la gestion de la sécurité des informations dans le cyberespace ».

Une censure déjà très active

La Chine bloque déjà plusieurs services étrangers comme Twitter, Facebook, Instagram, YouTube et Google, poussant de nombreux internautes à se tourner vers des solutions alternatives comme les VPN. Des dissidents chinois utilisent ces services pour publier sur les réseaux sociaux bloqués par le pays, mais aussi des citoyens lambdas ou des entreprises étrangères installées en Chine. La censure imposée par le gouvernement complique leurs activités, en mars dernier, nombre d’entre elles s’étaient plaintes que leur VPN n’avait pas fonctionné pendant toute une semaine.

Une mesure qui tranche avec le vibrant plaidoyer pro-mondialisation du président chinois Xi-Jinping lors du forum économique de Davos. Un discours d’ouverture en opposition au discours protectionniste de Donald Trump.

Source: Source