L’US Air force aimerait vraiment équiper ses avions de combat avec des lasers

Sécurité

Par Jules le

L’armée de l’air américaine a offert un chèque de plus de 26 millions de dollars au fabricant Lockheed Martin pour qu’il conçoive une arme laser capable d’être embarquée sur un chasseur à réactions. Une technologie qui ne devrait pas entrer en phase de test avant 2021.

Crédit :

Pendant que la Corée du Nord, dans un relent de Guerre froide, continue de courir après la bombe atomique et les missiles balistiques intercontinentaux, les États-Unis concourent dans un autre type de course à l’armement, celle des armes lasers.

Après une série de tests sur des hélicoptères de combat, et loin d’être échaudé par les résultats mitigés obtenus, l’US Air Force réfléchit à l’intégration d’un système d’armement laser sur ses avions à réaction.

Vers une démocratisation de l’armement laser

Une fois encore, le projet incombe au leader mondial de l’industrie militaire, l’entreprise Lockheed Martin. Déjà responsable d’un laser de 60 kiloWatts monté sur camion pour le compte de l’armée de Terre américaine, l’industriel américain vient de recevoir un financement de 26,3 millions de dollars de la part de l’US Air Force pour l’étude, la conception et la production d’un laser à fibre optique de haute puissance capable d’être équipé sur un chasseur de combat.

« Lockheed Martin continue de progresser rapidement dans la conception de systèmes d’armement laser et des technologies qui y sont liées », a déclaré Rob Afzal, spécialiste en armes lasers au sein de l’entreprise, dans un communiqué officiel. « Nous avons prouvé notre capacité à utiliser l’énergie dirigée pour contrer les menaces au sol, et attendons désormais les futurs tests aériens dans le cadre du système SHiELD. »

En effet, le contrat de développement d’une arme laser pour jet s’inscrit dans le programme Self-protect High Energy Laser Demonstrator, mis en place par le Laboratoire de recherche de l’armée de l’air rattaché au Pentagone. Le SHieLD comprend trois sous-systèmes : le module de contrôle qui dirige le laser, conçu par Northrop Grumman, le pod qui générera et refroidira le laser, produit par Boeing. La dernière partie est donc le laser en lui-même, baptisé LANCE, et échoit à Lockheed Martin.

Pas avant 2021

Le problème est que pour le moment, les systèmes d’armement laser restent lourds et imposants. Qui plus est, ces armes consomment énormément d’énergie et ont constamment besoin d’être refroidies. Il est donc peu envisageable de les voir intégrer rapidement les avions de combat. D’autant que les lasers embarqués devront être capables de résister aux vibrations, aux changements de forces gravitationnelles et aux températures extrêmes en haute altitude.

Une tâche qui ne semble pas effrayer Lockheed Martin pour autant. « C’est un défi complètement nouveau et inédit d’intégrer un système laser sur une plateforme plus petite pour conduire des tests aéroportés », a assuré Rob Afzal. « C’est passionnant de voir cette technologie murir petit à petit pour être embarquée sur un avion. Le développement de systèmes laser à haute puissance tels que SHiELD montre que les technologies des systèmes d’armes à laser deviennent réelles. Les technologies sont prêtes à être produites, testées et déployées sur des avions, des véhicules terrestres et des navires. »

Le F-35 pourrait être l’un des premiers avions équipé d’un laser. Crédit image :

Si l’US Air Force n’a pas précisé sur quel appareil serait intégré ce futur système d’armement laser, bien qu’on pense au serpent de mer et gouffre financier qu’est le F-35, elle aimerait conduire les premiers tests à l’horizon 2021. Le laser ne remplacerait cependant pas les armes traditionnelles que sont les canons et missiles, et occuperait en réalité une mission défensive.