Il y a 100 millions d’années, les dinosaures se faisaient déjà sucer le sang par des tiques

Science

Par Mathieu le

C’est une découverte majeure pour un insecte minuscule. La tique, cet acarien métastigmate qui passe son temps à se nourrir de sang frappait déjà il y a 100 millions d’années. En effet, plusieurs de ces parasites ont été découverts dans de l’ambre birman avec du sang de dinosaures à plumes.

Tique et tac

C’est dans un article publié dans Nature Communications qu’on en apprend plus sur ces tiques, pas si différents des nôtres. Il faut déjà préciser que cette remarquable révélation est dû à un événement extrêmement rare. Il est notamment précisé que ces créatures parasitoïdes et hématophages ne restaient que rarement sur leurs hôtes et encore moins dans de telles conditions. Bien évidemment, nombreux sont ceux à faire référence au moustique piégé dans l’ambre dans le film Jurassic Park de Steven Spielberg et il est clair que la découverte est similaire. La différence est tout de même notable : cette tique date du Crétacé (145-66 millions d’années) et elle ne produira aucun ADN de construction de dinosaures.

Jusqu’à maintenant, toutes les tentatives, pour extraire L’ADN des échantillons d’ambre, se sont révélées infructueuses en raison de la courte durée de vie de cette molécule. Au-delà de nous apprendre que les tiques suçaient déjà le sang des dinosaures il y a plus de 100 millions d’années (nos chats et chiens n’ont plus à se plaindre), on découvre également dans l’ambre la présence de petites plumes, ce qui signifierait que le dinosaure en question serait l’ancêtre de nos oiseaux modernes. Cette trouvaille offre ainsi la première preuve directe d’une relation parasite-hôte précoce entre les tiques et les dinosaures à plumes.

Le Dr Xavier Delclòs, auteur de l’étude, estime qu’on « ne peut pas déterminer la composition du repas sanguin à l’intérieur de la tique, car malheureusement, la tique n’est pas complètement immergée dans la résine et donc son contenu a été altéré par des dépôts minéraux » . Une légère déception qui n’effacera pas cette extraordinaire découverte qui nous apprend, dans le même temps, que si les dinosaures ont disparu il y a 66 millions d’années, les tiques ont elles réussi à survivre. Une nouvelle dont on se serait bien passé.