Entre baisse des frais liés aux appels hors France et hausse du prix de la SIM : Free Mobile dévoile ses nouveaux tarifs pour 2018

Business

Par Kevin-J le

Quatrième opérateur mobile français avec son entrée fracassante sur le marché en 2012, Free Mobile profite de cette fin d’année pour communiquer à ses clients sa toute nouvelle grille tarifaire, qui oscille entre bonnes et mauvaises nouvelles pour les utilisateurs

Depuis maintenant quelques jours, Free Mobile dévoile à ses clients sa toute nouvelle grille de tarifs et ses nouvelles Conditions Générales d’Utilisations, qui entreront en vigueur respectivement les premier janvier et premier février de l’année prochaine. Il y possible d’y découvrir de nombreuses modifications qui portent principalement sur les tarifs des appels depuis ou vers l’étranger, le roaming, ou encore les pénalités en cas de défaut de paiement.

Un large volet du document transmis aux clients est consacré aux modifications tarifaires en rapport avec les appels en dehors du territoire métropolitain. Si la plupart de ses modifications se font en faveur de l’utilisateurs, qui déboursera moins pour contacter les DOM-TOM, les autres pays Européens et autres destinations à travers le monde, il sera néanmoins possible d’y trouver quelques augmentations. N’hésitez donc pas à aller consulter la brochure, qui est disponible à cette adresse.

La carte SIM devient payante

Au-delà de ces modifications tarifaires, cette brochure nous permet d’apprendre deux ou trois choses supplémentaires, la principale étant que la carte SIM coute désormais 10 euros pour l’ensemble des forfaits. Une nouvelle tarification qui fera disparaître définitivement les cas de gratuité de la carte SIM, disponibles auparavant.

Autre information capitale : Free Mobile entend durcir les pénalités en cas de rejet du paiement des factures. S’élevant à 7 euros, ajoutées directement à la facture du consommateur, elles pourront être exigées dès lors qu’un rejet aura été constaté trois fois sur une période de six mois consécutifs. Un durcissement qui vise aussi les clients professionnels, qui verront leur intérêts en cas de retards ou défaut de paiement atteindre trois fois le taux d’intérêt légal calculé sur le montant TTC des sommes dues, et ce, dès le premier jour de retard suivant la date limite de paiement.