Une cyberattaque a eu lieu lors de la cérémonie d’ouverture des J.O de PyeongChang 2018

Sécurité

Par Elodie le

Les officiels ont confirmé la survenue d’une attaque informatique lors de la cérémonie d’Ouverture des Jeux d’hiver, sans qu’ils acceptent d’en donner la provenance.

Les organisateurs des Jeux ont confirmé dimanche que les JO 2018 avaient été victime d’une cyberattaque lors de la cérémonie d’Ouverture à PyeongChang qui s’est déroulée vendredi à 20h (midi, heure française). Toutefois, ils ont refusé d’en dévoiler l’origine, rapporte Reuters.

Si les officiels précisent que la télévision et l’accès internet ont été affectés, « cela n’a pas compromis les parties critiques de leurs opérations ». Vendredi soir, l’accès internet et Wi-Fi étaient inaccessibles, ainsi que le site des Jeux, empêchant les participants d’imprimer leur ticket. Le porte-parole du comité d’organisation des Jeux, Sung Baik, a confirmé l’attaque tout en précisant que le(s) problème(s) étai(en)t depuis résolu(s).

Motus sur l’origine

Anticipant sans doute les questions des reporters, il a également précisé que les enquêteurs ne révéleraient pas la source de l’attaque.

« Nous connaissons la cause du problème, mais ce type de difficultés se produit fréquemment pendant les Jeux. Avec le CIO, nous avons décidé de ne pas révéler la source [de l’attaque] », a-t-il expliqué aux journalistes.

La Russie, bannie des Jeux pour dopage, a déclaré en amont de la cérémonie d’Ouverture que les allégations liant les hackers russes avec des attaques contre les infrastructures de PyeongChang étaient infondées.

« Nous savons que les médias occidentaux planifient de pseudo-enquêtes sur le thème des ’empreintes digitales russes’ dans les cyberattaques sur les ressources d’information reliées à l’organisation des Jeux en république de Corée », avance le ministre des affaires étrangères russe.

Russie et Corée du Nord dans le viseur

Le mois dernier, McAfee a affirmé avoir détecté des attaques dans les mois précédents les Jeux sous la forme de courriels malveillants envoyés à des officiels. La compagnie a averti que de nouvelles attaques étaient probables. D’autres chercheurs en sécurité ont quant à eux trouvé des signes selon lesquels des hackers russes opérant depuis le territoire national pourraient s’attaquer aux organisations antidopage et olympiques, explique Reuters.

Outre des représailles diligentées par la Russie en réponse à son exclusion des Jeux olympiques d’hiver, les officiels s’inquiètent également d’attaques venant de la Corée du Nord, dans un contexte de tensions politiques avec son voisin du Sud, accentué par les attaques par médias interposés entre le dictateur communiste et le président américain Donald Trump.

Quoi qu’il en soit, cette cyberattaque n’aura pas empêché Perrine Laffont de décrocher, à 19 ans, l’or olympique, ouvrant du même coup le tableau des médailles tricolores.