Pas de « mode examen » sur les calculatrices au bac cette année

Général

Par Elodie le

Le gouvernement renonce à imposer le « mode examen » sur les calculatrices des élèves lors des épreuves du baccalauréat. Cette année seulement puisque la mesure devrait être mise en œuvre l’an prochain.

La triche lors des épreuves du bac est la bête noire des surveillants et de l’Éducation Nationale. Malgré les risques encourus – du simple blâme à l’interdiction de passer n’importe quel examen pendant 5 ans –, elle n’a pas disparu des salles d’examen.

Loin du film Les Sous-doués (passent le bac), les élèves ne redoublent pas moins d’ingéniosité pour se servir de leur antisèche. Les smartphones sont confisqués et les calculatrices particulièrement surveillées. Seuls quelques modèles sont autorisés :

— les calculatrices non programmables sans mémoire, c’est-à-dire sans possibilité de stockage de données personnelles ;

— les calculatrices programmables disposant d’une fonctionnalité mode examen.

La triche en mode exam

D’après la note de service du 17 mars 2015, les calculatrices type Texas Instrument (TI-82, 83, 84, etc.) sont interdites lors du bac et tous autres « examens et concours de l’enseignement scolaire » depuis le 1er janvier 2018. Elles sont autorisées dans certaines matières, mais sous le désormais fameux « mode examen ». Ce mode permet d’opérer un « reset » de la calculatrice et donc d’effacer de la mémoire de la calculatrice tout programme préalablement enregistré.

Ainsi, en début d’épreuve, sous la vigilance des surveillants, les élèves devront passer leur calculette en mode examen, attesté par la présence d’une lumière clignotante sur la tranche haute de la machine.

Un mode irréversible, à  moins d’être muni d’un câble spécial à relier à un ordinateur ou une calculatrice du même type.

Égalité des chances

Oui, mais. En début de semaine, sur Twitter, notre confrère de Slate, Thomas Messias, révèle que ce mode ne sera finalement pas imposé lors du bac 2018. Les premiers tests effectués lors du Bac blanc laissaient augurer une certaine « zizanie ».

Contacté par nos soins, le ministère de l’Éducation nationale confirme la nouvelle. Raison invoquée ? « De nombreuses académies ont signalé qu’un nombre significatif d’élèves ne disposait pas à ce jour d’une calculatrice conforme à cette nouvelle réglementation ». Certaines familles ne peuvent se permettre l’achat d’une autre calculatrice graphique, dont les montants varient entre 50 et 150 euros.

Des risques de couacs

Quand les problèmes techniques (bug, recharge, suppression du mode examen entre épreuves notamment) ne viennent pas jouer les trouble-fêtes. Les risques de cafouillage le Jour J ont eu raison du passage au mode examen pour cette année.

« Compte tenu du calendrier des épreuves des différents examens et du temps nécessaire à l’appropriation des fonctionnalités des modèles autorisés, il a été décidé de surseoir à l’application de la circulaire pour la présente session », indique encore le ministère.

« Tous les candidats composeront donc dans les mêmes conditions qu’à la session 2017 et avec l’équipement de leur choix. » Les tricheurs peuvent respirer une année de plus. Mais qu’ils se rassurent, des Géo Trouvetou ont déjà trouvé la parade pour contourner le mode examen. Reste que le mode examen sera sans doute le casse-tête du bac 2019.