Dans l’Apple Park, la transparence n’est pas sans risque pour les employés

Apple

Par Elodie le

En concevant ce navire amiral dans ses moindres détails, Apple avait pensé à tout. Sauf peut-être à la navigation de ses employés entre les espaces vitrés disséminés dans le bureau central et générant de nombreux incidents.  

Si les travaux ont débuté en 2013, et que l’ouverture a eu lieu l’année dernière, ce n’est que le 16 février dernier que l’Apple Park, conçu par l’architecte Norman Foster, est devenu l’adresse officielle de la firme : adieu « 1 Infinite Loop » et bienvenue « One Apple Park Way ».

Après quatre ans de travaux et 5 milliards de dollars engloutis, le nouveau « spaceship » d’Apple a ouvert ses portes l’année dernière sur 260 000 mètres carrés. Cependant, la plupart des employés ont investi les lieux cette année.

Bijou de design et d’épure

Bijou architectural pensé bien avant la mort de Steve Jobs, l’Apple Park rassemble tout ce qui se fait de mieux en matière de design et d’innovations technologiques et écologiques. Son campus innovant et dernier cri, Apple l’a pensé dans les moindres détails : panneaux solaires déployés sur 70% de la toiture (c’est l’une des plus grandes installations solaires au monde), matériaux nobles, salle de fitness et garages pour les employés, énergies renouvelables, espaces verts, bouton d’ascenseur similaire au bouton Home de l’iPhone, grands espaces ouverts et lumineux favorisant le travail et l’échange.

Un sens du détail qui frôle l’obsession, mais rien d’étonnant chez Apple où l’esthétique et l’épure sont aussi importantes que le versant technologique de ses produits. Certains employés l’ont appris à leurs dépens, rapporte Bloomberg. Depuis l’année dernière, nombre d’entre eux foncent tête la première dans les grandes baies vitrées du bureau central, la pièce maitresse du bâtiment, pensée tout spécialement pour les ingénieurs.

Plusieurs accidents

Le personnel d’Apple, sans doute focalisé sur leurs travaux ou leurs écrans d’iPhone ne voient pas les murs incurvés et vitrés qui leur font face, pourtant hauts de 45 pieds (environ 14 mètres), et qui séparent les différents espaces baptisés « pods ».

L’une des fameuses vitres de l’Apple Park. Crédit image : Ez7b4q via Wikipedia.

Pour éviter d’autres accidents, certains d’entre eux ont eu l’idée de coller des Post-it ( ou feuille de papier autoadhésive amovible) sur ces panneaux de verre pour signaler leur présence. Las, ils ont été retirés pour ne pas porter atteinte à l’esthétique du lieu. À noter que Steve Jobs est crédité pour la création de ces capsules de verre (glass pods) à même de favoriser l’ouverture et la collaboration… et les accidents donc.