Mis sous pression par Orange, TF1 tente le compromis

Business

Par Elodie le

Après avoir bombé le torse face à Orange, arc-bouté sur ses positions, TF1 semble vouloir mettre de l’eau dans son vin pour parvenir à un accord de diffusion avec l’opérateur historique.

Acte 2, épisode 3. C’est la saga de ce début d’année, le conflit entre TF1 et les opérateurs télécoms autour des droits de diffusion des chaînes du groupe va-t-il enfin trouver son épilogue ? C’est du moins ce que semble souhaiter TF1 à en croire les propos de son PDG dans les colonnes du JDD.

Gilles Pélisson se dit désormais prêt à trouver « un accord dans des délais proches » avec Orange alors que les négociations sont au point mort depuis l’ultimatum lancé au groupe de Stéphane Richard et mis à exécution par TF1.

« J’ai bon espoir que nous trouvions rapidement un accord satisfaisant pour toutes les parties et, bien entendu, au service des téléspectateurs »

Gilles Pélisson

Coup pour coup

L’opérateur s’est vu remettre une assignation le 1er février dernier pour cesser la diffusion des chaînes du groupe – TF1, TMC, TFX (ex NT1), TF1 Séries Films (ex HD1) et LCI – à ses abonnés.

Une menace qui n’a pas fait flancher l’opérateur puisque celui-ci se disait récemment prêt à cesser d’émettre et a retiré les chaînes concernées de ses documents de présentation mis à jour le 8 février.

Une situation perdant-perdant pour les deux parties qui ont beaucoup à perdre à ce jeu-là : Orange représente plus de 20 % de l’audience « live » de TF1 et 15 % de son audience replay, soit autant de revenus publicitaires en moins. De son côté, l’opérateur risque de subir la foudre d’abonnés mécontents, voire des désabonnements en chaîne.

Touchez pas au grisbi

Le nerf de la guerre, c’est l’argent ? Qu’à cela ne tienne, Orange a décidé d’appuyer là où ça fait mal en retirant ses campagnes publicitaires des chaînes du groupe pour les semaines à venir. En 2017, Orange a dépensé pas moins de 49 millions d’euros brut (environ 20 millions d’euros net) en annonces sur les chaines du groupe. De quoi faire réfléchir…

Le coup de pression d’Orange semble avoir fonctionné :

« Mon vœu, c’est que nous trouvions un accord dans des délais proches, assure le PDG du groupe TFI au JDD. Notre ambition est de nouer des partenariats forts avec les distributeurs et de concevoir, avec eux, la télévision de demain. Chaînes de télévision et distributeurs ont tout intérêt à unir leurs forces pour proposer aux téléspectateurs et aux abonnés une offre audiovisuelle ambitieuse, constituée de contenus uniques, et de services qui en modernisent la consommation. »

Qui perd gagne

Les négociations vont pouvoir reprendre, mais le rapport de force a changé de camp, ce que ne manque pas de souligner Stéphane Richard : « Orange, c’est 25% de l’audience cumulée de TF1 en France. Est-ce que vous pensez raisonnablement qu’une chaîne dont le modèle économique est la gratuité pour les utilisateurs, donc rémunérée par la publicité, peut du jour au lendemain se couper de 25% de son audience ? Je ne crois pas… » Chiffre que conteste TF1 affirmant qu’Orange « pèse plutôt 10% de l’audience de la chaîne ».

D’après les premières rumeurs, TF1 souhaitait récupérer quelque 100 millions d’euros de la part d’Orange, puis 80 millions d’euros, contre les 10 millions acquittés jusqu’ici. Aujourd’hui, la chaîne demanderait aux alentours de 25 millions d’euros à Orange.

Quoi qu’il en soit, ce n’est que la première bataille pour TF1. Si Bouygues Télécoms (le groupe Bouygues est la maison mère de TF1) et SFR ont signé l’accord, Free est toujours en négociations avec la première chaîne. Pour rappel, le conflit se joue autour des droits de diffusion des chaînes du groupe TF1 et plus particulièrement l’offre « Premium » que TF1 souhaite proposer aux différents opérateurs.