La station spatiale chinoise Tiangong-1 va s’écraser sur Terre dans les semaines à venir

Général

Par Anne Cagan le

L’agence spatiale chinoise a perdu le contrôle de la station spatiale Tiangong-1. Elle ne pourra donc pas superviser le retour de l’appareil sur Terre. On vous rassure tout de suite : l’essentiel du module devrait se désintégrer en pénétrant l’atmosphère. Et le risque que vous soyez touché par un débris est extrêmement faible.

Crédit CNSA

Le “Palais céleste” va t-il nous tomber sur la tête? La station spatiale chinoise Tiangong-1 (également baptisée “Heavenly Palace”) devrait s’écraser sur Terre dans quelques semaines. Jusque là rien d’extraordinaire, mais il y a un hic : en 2016, l’agence spatiale chinoise en a perdu le contrôle. Résultat, les ingénieurs ne pourront pas guider comme prévu, le module de 8,5 tonnes vers une zone inhabitée.

Une petite quantité de débris pourrait tomber sur Terre

L’essentiel de l’appareil devrait se désintégrer lorsqu’il entrera dans l’atmosphère. Mais il est possible qu’une petite quantité de débris subsiste et tombe sur Terre. L’Aerospace Corporation s’inquiète également de ce que la station puisse transporter de l’hydrazine, un carburant corrosif et hautement toxique.

La liste des zones où le module a le plus de risque d’effectuer son retour dans l’atmosphère  est connue : nord de la Chine, Moyen-Orient, centre de l’Italie, nord de l’Espagne et nord des États-Unis, Nouvelle Zélande, Tasmanie, des régions d’Amérique du sud ainsi que le sud de l’Afrique.

Moins de risques d’être touché que de gagner au Loto

Aerospace rassure cependant le public. “Même dans la zone la plus à risque, la probabilité qu’une personne spécifique (autrement dit vous), soit touchée par un débris de Tiangong-1 est environ 1 million de fois plus petite que les chances de gagner le jackpot du PowerBall (ndlr: le Loto américain)”.

Il faut garder un œil dessus

Jonathan McDowell, un astrophysicien de l’Université de Harvard a été interrogé par The Guardian se montre un peu plus réservé qu’Aerospace : “Tiangong 1 est gros et dense dont il faut garder un œil dessus”. Le suspense ne durera pas longtemps : l’ESA estime que le module devrait s’écraser entre le 24 mars et le 19 avril prochain.