Ces chercheurs scannent le visage des politiques avec une IA pour anticiper les annonces de changements importants

En analysant avec un programme d’IA les micro-expressions de certains hommes politiques de premier plan, ces chercheurs japonais peuvent savoir à l’avance s’ils s’apprêtent à faire une annonce importante.

Va-t-il ressasser des poncifs pendant une heure ou annoncer une mesure qui va tout changer? À la question qu’on se pose souvent avant un discours politique, deux chercheurs japonais pensent pouvoir donner à l’avance une réponse. Comme le révèle Reuters, Yoshiyuki Suimon et Daichi Isami ont ainsi passé à la moulinette de l’IA, les conférences de presse du président de la Banque Centrale Européenne, Mario Draghi.

(Don’t) Lie to me

Après avoir réalisé des captures d’écran toutes les demi-secondes de vidéos de Mario Draghi, ils ont transmis ces images à un programme d’intelligence artificielle utilisant un algorithme de reconnaissance faciale développé par Microsoft. Un programme très particulier puisqu’il est capable reconnaître huit types d’émotions : bonheur, indifférence, tristesse, colère, mépris, surprise, peur, dégoût.

Percer la “poker face” d’un politique

Les chercheurs ont ensuite établi des corrélations entre les microvariations des expressions faciales du politique et l’importance de ses annonces lors des conférences de presse. Un peu comme le test de Voight-Kampff de Blade Runner, mais pour percer les intentions des hommes politiques.

Un travail de fourmi qui leur a permis de percer la “poker face” de Mario Draghi : les deux chercheurs ont notamment réussi à repérer des signes de “tristesse” avant deux changements très importants de la politique de la BCE.

Le gouverneur de la banque du Japon y est déjà passé

Les deux Japonais n’en sont pas à leur coup d’essai : par le passé, ils avaient déjà passé au crible les micro-expressions du gouverneur de la banque du Japon, Haruhiko Kuroda. Yoshiyuki Suimmon et Daichi Isami ont d’ailleurs pris le temps d’étudier de récentes conférences de presse de leur ancien cobaye et ils préviennent les intéressés : les données faciales de ce dernier ne suggèrent aucun changement de politique imminent.

À noter que ce type de recherche ne se pratique pas que sur les politiques. La reconnaissance des expressions faciales est -et ce n’est pas une surprise- également étudiée de près par les professionnels du marketing.

Ne jouez pas la comédie devant votre TV

Depuis 2015, indique CNET, la startup Affectiva propose par exemple un logiciel qui étudie les expressions faciales afin d’analyser les émotions d’une personne filmée via webcam pendant qu’elle regarde une pub à la TV ou sur Internet. Et son programme est déjà utilisé par des entreprises aussi connues que Coca Cola ou Kellogg’s.

Source: Reuters