Wikipédia enguirlande les sociétés qui exploitent son contenu sans contribuer en retour

culture geek

Par Anne Cagan le

Oui, les sociétés ont le droit d’exploiter gratuitement le contenu de l’encyclopédie. Mais, selon la responsable des recettes de Wikimedia, ce n’est pas une raison pour ne pas aider à la mesure de ses moyens.

Est-ce le développement d’assistants intelligents qui utilisent allègrement Wikipédia ? Ou le fait que YouTube ait décidé de s’en servir sans informer au préalable la fondation qui chapeaute l’encyclopédie ? On ne sait pas ce qui a décidé Wikimedia à faire entendre sa position mais la fondation semble bien décidée à protéger un peu plus ses intérêts à l’avenir.

4% des dons viennent d’entreprises

Interrogé par The Verge, Lisa Gruwell, la responsable des recettes de Wikimedia a ainsi critiqué sans ambages les sociétés qui exploitent les informations de Wikipedia sans contribuer en retour. Bien sûr la chose est parfaitement légal.

“Notre contenu est là pour être utilisé, il est sous licence libre et il l’est pour une bonne raison. Mais c’est comme l’environnement, c’est là pour être utilisé, pas pour être exploité” indique Gruwell à The Verge

Les dons provenant d’entreprises représentent environ 4% des dons reçus par la fondation Wikimedia.

Google, premier contributeur, avec un million de dons

Dans le classement des plus gros contributeurs sur l’année fiscale 2017-2018, c’est Google qui se classe en première position avec plus d’un million de dollars versés. Derrière on trouve Humble Bundle (environ 450 000 $), Craigslist Foundation (250 000 $) et Cards Against Humanity (35 000 $). Précisons que certaines sociétés pratiquent des dons jumelés (elles versent un complément lorsque leurs employés font des dons à des organisations). Apple, Facebook, Microsoft et Google ont versés aux alentours de 50 000 $ par ce biais.

Un des gros problèmes rencontrés par la fondation est que certains services, notamment les assistants intelligents, suppriment la connexion directe entre l’utilisateur et Wikipédia.

“Dans le cas d’Alexa et de Siri, cela crée des intermédiaires vis à vis de notre contenu. Wikipédia marche parce que les personnes peuvent contribuer, parce qu’elles peuvent l’éditer. Et, une fois par an, quand nous en faisons la demande, elles ont la possibilité de faire un don” explique Lisa Gruwell à The Verge.

Evidemment, lorsque l’utilisateur obtient l’information à travers un assistant intelligent, il n’a plus la possibilité de contribuer ou de faire un don aussi facilement. C’est pourquoi Lisa Gruwell met en garde : “Lorsqu’on surexploite quelque chose, sans offrir de contrepartie, cela peut à terme l’endommager”. A bon entendeur.