NASA : Faute de carburant, Kepler est plongé dans le sommeil

Espace

Par Jules le

La fin de Kepler se profile à l’horizon. Ses réserves de carburant étant presque vides, la NASA a décidé de faire entrer son télescope spatial en phase d’hibernation.  

Crédit : NASA

On vous le dit sans détour : Kepler ne verra pas la fin de l’année. Après neuf ans passés à traquer les exoplanètes pour le compte de l’humanité et de la science, le télescope spatial est arrivé au bout de ses réserves de carburant.

Final stand

Ce lundi 9 juillet, la NASA a pris la décision de faire entrer Kepler en phase d’hibernation. Le but est de ne pas consommer le peu d’essence qu’il reste jusqu’au début du mois d’août. À cette date, l’agence spatiale américaine prévoit de réveiller le télescope pour orienter son antenne vers la Terre et commencer le téléchargement des données récupérées par Kepler lors de sa dernière mission.

Une fois la collecte terminée, la NASA lancera, en fonction des réserves de carburant la 19e et ultime mission d’observation du télescope. Depuis sa mise en service, le 7 mars 2009, Kepler a permis aux scientifiques d’identifier 2649 exoplanètes. Et leur tâche n’est pas terminée, puisqu’autant de planètes repérées par le télescope attendent de voir leur existence être confirmée.

Kepler va pouvoir donc prendre un repos bien mérité. Surtout que son successeur, le Transiting Exoplanet Survey Satellite (TESS) se promène dans le vide spatial depuis le 16 avril dernier. Ce nouveau télescope possède un champ de vision 400 fois supérieur à celui de Kepler et s’est déjà mis au travail puisqu’il a livré sa première photo de l’espace en mai dernier.

Crédit : NASA/MIT/TESS

 

Source: NASA