Facebook Dating : Le réseau social a commencé à tester son service de rencontres

Sur le web

Par Henri le

Le réseau social au plus de deux milliards d’utilisateurs a commencé à tester son service de rencontres. Son fonctionnement sera distinct du profil d’utilisateur.

Mark Zuckerberg / Crédits : Flickr : Alessio Jacona

Facebook est loin de se reposer sur ses lauriers, et cherche constamment de nouveaux leviers de croissance. C’est dans cette optique que la firme vient de commencer à tester son service de rencontres en interne. Elle ne s’en cache pas et un représentant du groupe l’a même confirmé, sans donner beaucoup plus d’informations.

« Nous testons Facebook Dating en interne (comme nous le faisons régulièrement pour les nouvelles fonctionnalités), mais nous n’avons rien de plus à partager pour le moment. »

Jane Manchun Wong, une chercheuse en application a posté plusieurs captures d’écran de ce que devrait être l’écran d’inscription du portail de rencontre, annoncé en mai dernier. Le PDG Mark Zuckerberg en avait profité pour expliquer que Facebook Dating serait un lieu pour créer des relations à long terme.

Que ceux qui ne sont pas intéressés par cette option se rassurent, le service de rencontre fonctionne de façon totalement indépendante du profil Facebook. Les profils ne seront pas rendus publics par défaut.

Les captures d’écran permettent de constater que les utilisateurs pourront renseigner leur nom, âge, sexe, ville de résidence et leur orientation sexuelle. Dating ne proposera pas de swiper entre les prétendants(e)s et devrait limiter le nombre de personnes avec qui interagir. De plus, bloquer un profil sur Dating ne le bloquera pas automatiquement sur Facebook.

Fait amusant, on peut aussi constater que la société explique que l’application sert actuellement à repérer les bugs et pas à inciter les salariés à flirter. L’ensemble de leurs données seront donc supprimées lors du lancement officiel.

On a hâte de voir si ce nouveau service connaitra un succès immédiat ou si le fantôme de l’affaire Cambridge Analytica pèse toujours sur la firme.