Le gouvernement américain interdit à ses employés d’utiliser des appareils Huawei et ZTE

Smartphone

Par Olivier le

Les employés du gouvernement américain, des agences publiques et mêmes les fournisseurs vont devoir se passer des appareils de Huawei et de ZTE. En promulguant la loi Defense Authorization Act, Donald Trump interdit l’usage de la plupart des équipements de ces deux constructeurs chinois.

En fait, cette loi proscrit l’utilisation d’appareils et d’équipement servant à consulter ou diffuser les données des utilisateurs. De fait, cela touche les smartphones et les routeurs de Huawei et ZTE (et d’une poignée d’autres constructeurs chinois moins connus) ; néanmoins, les clients du gouvernement américain peuvent toujours utiliser des composants qui n’exploitent pas les données d’utilisateurs. En vérité, bien peu d’appareils.

Une question de sécurité nationale

Cette interdiction est la conséquence de plusieurs années de débats et de controverses touchant à la sécurité nationale américaine. Dans l’histoire, ZTE ne s’en sort pas si mal, le Sénat US ayant voté une mesure interdisant purement et simplement l’entreprise de travailler avec des constructeurs américains, ce qui lui aurait barré la route de composants indispensables pour ses produits (les smartphones de ZTE utilisent des processeurs de Qualcomm, par exemple).

Dans cette hypothèse, ZTE n’aurait pas pu tenir bien longtemps. Le président américain s’était personnellement impliqué pour que le groupe puisse continuer à utiliser des composants électroniques américains. La Chambre des représentants a donc revu le projet de loi pour permettre à ZTE de survivre, un texte qui a finalement été accepté par le Sénat.

Cela n’empêche pas Huawei de protester de sa bonne foi. Le constructeur estime que la partie du texte le concernant est « inefficace, mal inspiré et inconstitutionnel ». La loi ne permet pas « d’identifier les risques réels de sécurité », elle « n’améliore en rien la sécurité de la chaîne d’assemblage » et elle ne servira qu’à « restreindre l’innovation tout en augmentant les coûts d’internet pour les consommateurs américains et les entreprises ».