Twitter mène la vie dure aux clients tiers pour sortir la tête de l’eau

Automobile

Par Elodie le

Les nouvelles règles mises en place par Twitter empêcheront les clients tiers de fonctionner correctement. Une décision motivée par la nécessité de mieux contrôler son réseau, ses publicités et in fine tenter de récupérer les utilisateurs volatiles.

C’est un pari risqué pour Twitter. Ce 16 août, Twitter lance la nouvelle version de l’API (Account Activity) et elle complique considérablement la vie des clients tiers, comme Tweetbot et Twitterrific. Plusieurs fonctionnalités proposées jusqu’alors ne sont désormais plus accessibles aux développeurs d’applications tierces : plus de notifications push pour les likes, les followers et RT, mais uniquement pour les DM et mentions, fini le streaming, la timeline ne s’actualisera plus instantanément, mais toutes les deux minutes, plusieurs fonctions sociales vont tout simplement disparaître, l’activité et les statistiques ne seront plus disponibles et WatchOS (Apple Watch) est supprimé.

L’ensemble des clients tiers devront se conformer à cette nouvelle politique qui font d’eux des coquilles vides. Plusieurs applications avaient anticipé les changements en retirant les fonctions visées, les dernières ajoutées par la plateforme leur été déjà inaccessible (les sondages et les discussions de groupe par exemple).

Twitter ferme son réseau

Une décision radicale imposée par Twitter qui fait partie de sa nouvelle stratégie pour contrôler son écosystème de bout en bout. Facebook fonctionne sans client tiers depuis ses débuts, ce qui en fait un réseau social fermé que la firme est la seule à maîtriser.

Twitter n’a réalisé le premier bénéfice de son histoire qu’en 2017, 12 ans après le lancement de la plateforme, quand Facebook engrange aujourd’hui les milliards de dollars de recettes grâce à un modèle économique basé sur la revente de profil utilisateur aux annonceurs.

Recruter les utilisateurs des clients tiers

Si la publicité a fait son entrée sur le réseau social, elle est encore bien timide se contentant majoritairement de contenus sponsorisés. La plateforme cherche à dégripper la machine à recruter de nouveaux utilisateurs. Sans eux, point d’annonceurs à attirer sur la plateforme amenant avec eux des revenus publicitaires conséquents, synonyme de vitalité pour le réseau social.

Pas sûr que les utilisateurs intéressés par les clients tiers pour leur timeline chronologique (et donc non soumise à un algorithme) notamment basculent vers l’application ou le site officiels.

Twitter : plus de 70 millions de comptes suspendus en deux mois