Snapdragon Wear 3100 : Qualcomm annonce une nouvelle puce pour améliorer l’autonomie des montres connectées

Hardware

Par Gaël Weiss le

Le concepteur américaine de puces Qualcomm vient d’annoncer une nouvelle génération de SoC à destination des montres connectées, le Snapdragon Wear 3100. Une puce qui se concentre essentiellement sur l’autonomie et sur les fonctionnalités de base que l’on attend d’une montre connectée. Mais à quelques heures de l’annonce des nouvelles Apple Watch, est-ce bien suffisant pour relancer l’intérêt des consommateurs autour des montres connectées sous Wear OS ?

Une montre « reference design » de Qualcomm destinée à montrer les capacités du Snapdragon Wear 3100. Crédit image : The Verge.

Cela fait deux ans et demi maintenant que Qualcomm propose toujours la même puce aux constructeurs de montres connectées, le Snapdragon Wear 2100. Une puce vieillissante, basée sur un SoC de smartphone et vivement critiqué ces derniers mois pour sa lenteur et le fait qu’elle est finalement assez peu adaptée aux smartwatchs récentes.

Une nouvelle puce destinée à améliorer l’autonomie des montres connectées

Qualcomm a visiblement entendu les critiques et annoncé hier l’arrivée prochaine du Snapdragon Wear 3100, son nouveau SoC à destination des montres connectées. Cette puce dispose d’une nouvelle architecture basée sur des coeurs ARM Cortex-A7 qui est désormais épaulée par un co-processeur très peu gourmand en énergie qui prendra en charge les principales fonctionnalités de la montre (comprendre : afficher l’heure, utiliser le GPS et afficher les notifications) à la place de la puce principale quand la montre est en veille.

L’avantage principal de ce co-processeur, c’est évidemment d’améliorer considérablement l’autonomie de la montre. Qualcomm a ainsi indiqué à la presse américaine que le Snapdragon Wear 3100 permettait à une montre connectée de tenir « plus d’une journée sans être rechargée », de tenir 5 heures de plus par rapport au Snapdragon 2100. Autre nouveauté concernant l’autonomie, le Snapdragon Wear 3100 est capable de faire fonctionner en continu le GPS durant une quinzaine d’heures, contre une poignée actuellement.

Reste maintenant à savoir si les constructeurs de montre vont en profiter pour réduire l’épaisseur de leur montre connectée tout en gardant l’autonomie que l’on connaît actuellement ou conserver l’épaisseur de leurs montres connectées récentes mais améliorer leur autonomie.

Les premières montres connectées équipées du Snapdragon Wear 3100 attendues pour la fin de l’année

Qualcomm a également inclus quelques fonctionnalités basiques avec sa nouvelle puce, comme un Ambiant mode, semblable au Always on display de Samsung. Concrètement, quand la montre est en veille, elle est capable d’afficher en 16 couleurs un cadran avec quelques éléments mobiles ou des notifications.

Qualcomm a annoncé que les premières montres connectées à disposer de son nouveau processeur sortiront avant la fin de l’année. Les premiers constructeurs à le proposer seront Fossil, Louis Vuitton et Montblanc. Mais à quelques jours de l’annonce de nouvelle Apple Watch, est-ce que cette annonce sera bien suffisante pour relancer l’intérêt pour les montres connectées sous Android Wear ? Après tout, une nouvelle puce plus performante et plus autonome est une bonne nouvelle, mais à quoi bon si l’OS derrière ne suit pas. Cela fait en effet quelques temps que Google ne semble plus s’intéresser à Wear OS. Au point qu’il a annoncé il y a peu ne pas sortir de nouvelles montres connectées d’ici la fin de l’année prochaine.