La Paramount (Terminator, Mission : Impossible) va créer des contenus exclusifs pour Netflix dans les années à venir

Business

Par Mathieu le

L’avenir du cinéma, dans le format actuel, est toujours indécis. Alors que les grands studios hollywoodiens cherchent des solutions pour contrer Netflix, qui a démocratisé le visionnage de films et séries en streaming, certains préfèrent s’associer avec le géant du SVoD. C’est notamment le cas de la Paramount qui a conclu, vendredi dernier, un accord inédit avec la plateforme américaine.

L’exemple Cloverfield

Paramount Pictures et Netflix, une histoire faite pour durer ? Le studio de cinéma, qui appartient à Viacom (qui détient également MTV Films et Nickelodeon Movies) a signé un accord avec le service de streaming pour une durée et un montant non connus. Le but est simple : faire en sorte que la Paramount produise des contenus originaux et exclusifs à destination de Netflix et de sa clientèle. La surprise n’est pas si grande qu’on pourrait le penser.

L’année dernière déjà, les deux firmes avaient conclu un accord pour la diffusion de « The Cloverfield Paradox », qui devait initialement sortir au cinéma, mais avait finalement atterri sur la plateforme de SVoD dès la diffusion de sa bande-annonce. « Nous étions conscients qu’il fallait que l’on soit prudent […] et que l’on puisse monétiser le film », déclarait Andrew Gumpert, directeur de l’exploitation du film, pour justifier ce changement de cap.

Une idée à contre-courant

Pour Jim Gianopoulos, le boss de la Paramount, ce partenariat « est une nouvelle source de revenus » pour le studio. Pourtant, ce choix va dans le sens contraire des autres sociétés comme Universal, Disney ou la Warner qui préfèrent créer leur propre service (Hulu notamment avant l’arrivée de Disney+) plutôt que de s’associer avec Netflix. « Regardez ce qu’est en train de faire Disney. Regardez AT & T-Time Warner […]. Avec tout ce qui est en préparation, développer un service similaire à Netflix n’aurait aucun sens pour Viacom », déclarait récemment le patron de Viacom, Bob Bakish.

On devrait donc avoir droit, dans les années à venir, à de nouvelles productions inédites de la Paramount sur Netflix. Bien évidemment, les films stars du studio comme Mission : Impossible (Fallout a notamment généré plus de 800 millions de dollars dans le monde) ou le futur Terminator restent des œuvres à vivre en premier lieu au cinéma. Mais il est tout à fait possible qu’une saga comme Cloverfield, dont on a annoncé de nombreux épisodes à venir, devienne exclusive à Netflix. Cet accord devrait encore intensifier le phénomène de « cord cutting », à savoir un exode de plus en plus prononcé des téléspectateurs de la télévision dite « traditionnelle » jusqu’aux différentes plateformes de SVoD.