Après la Freebox Delta, l’UFC-Que Choisir s’attaque désormais à la Delta S

Télécom

Par Henri le

Free est décidément dans le collimateur de l’UFC-Que choisir. Et cette fois-ci l’association s’attaque à la Delta S et son absence de services.

Après nous avoir fait longtemps patienter, Xavier Niel a enfin dévoilé sa nouvelle gamme de box internet, composée de la Delta, de la Delta S mais aussi de la One. Si la première a largement attiré l’attention grâce à son player signé Devialet, elle s’est aussi attiré les foudres de l’UFC-Que choisir. L’association reproche en effet à la firme d’induire ses clients en erreur avec un mauvais affichage des tarifs, mais aussi de leur imposer des frais de mises en service exorbitants (supprimés depuis).

Mais ce n’est pas tout. Le magazine se penche cette fois-ci sur le cas de la Delta S, qui se destine à ceux qui ne veulent pas payer près de 500 euros pour l’enceinte, mais souhaitent profiter de la Fibre 10 Gbits/s (en théorie) et l’agrégation xDSL/4G pour 39,99 euros par mois. Un emplacement pour quatre serveurs NAS est également disponible, tout comme le contrôle des équipements domestiques compatibles via smartphone.

Plus de player, plus de télévision

Le collectif estime très décevant que cette offre ne permette pas de bénéficier de certains services majeurs comme les chaines de télévision, Netflix, la fonction Replay, l’assistant vocal ou la TV by Canal. Il estime qu’elle perd alors tout son intérêt.

« La Delta S ne permet d’accéder à aucun service télé ! Sans player, pas de bouquet de chaînes Free, pas de replay, pas de VOD, pas d’offre TV by Canal et surtout, pas de Netflix »

Un comble quand on sait que l’abonnement à la Freebox One, qui coute 10 euros de moins (en ADSL2), inclut directement tout cela. Il faudra donc payer 40 euros pour un simple accès à la fibre internet et au téléphone, le pack sécurité étant toujours en option (à 59 euros).

L’UFC déplore ici aussi que des frais de mise en service de 49 euros soient réclamés aux clients, et demande une justification. À ce tarif-là, la concurrence avec la Freebox Revolution ou Mini 4K (en ADSL2) est réelle, du moins la première année (même si tout est négociable par la suite). Reste maintenant à savoir comment réagira la firme, qui ne devait pas s’attendre à subir une telle animosité de la part de l’association.