La guerre entre Apple et Qualcomm serait due à une suspicion de fuite de données

Apple

Par Corentin le

Bloomberg révèle un échange d’emails entre des responsables des deux sociétés qui met en évidence que Qualcomm avait des doutes sur la fiabilité d’Apple, malgré l’intention de ce dernier de signer un contrat de 2 milliards de dollars pour des modems.

La bataille juridique entre Apple et Qualcomm rend leurs relations houleuses. Et si l’attaque de Qualcomm porte principalement sur les licences d’utilisation des brevets, un nouvel élément s’est ajouté au dossier suggérant que Qualcomm aurait eu peur des fuites de la part d’Apple…

Un échange d’e-mails entre Jeff Williams, le directeur des opérations d’Apple, et Steve Mollenkopf, le PDG de Qualcomm, révélé par Bloomberg, met en évidence que Cupertino avait pour intention de continuer son partenariat avec le géant des puces mobiles. L’homme écrit que les poursuites judiciaires en cours ne doivent pas masquer les bénéfices potentiels que les deux entreprises peuvent tirer de leur travail en commun. Devant la Cour, il a révélé qu’Apple avait l’intention d’équiper la gamme d’iPhone de 2018 de puces réseau Qualcomm avec une commande à hauteur de 2 milliards de dollars.

Fuite de code

Seulement voilà, du côté de Qualcomm, la musique est différente. Le fabricant de puces a accusé Apple d’une fuite du code indispensable à la personnalisation de ses puces réseau, et que celle-ci aurait été utilisée par son concurrent Intel pour les modèles d’iPhone de 2017. M. Mollenkopf a déclaré à M. Williams qu’il était préoccupé par la protection des informations confidentielles de sa société et qu’il n’avait pas eu l’impression qu’Apple s’était préoccupé de régler le problème de fuites.

Manque de confiance

A ces accusations, M. Williams répondra à M. Mollenkopf (toujours par mail) en septembre 2017 que « même si j’essayais d’imaginer Apple agissant de manière malintentionnée, j’ai du mal à croire à un scénario où ce qui a de la valeur pourrait être divulgué ». Mais dans un souci de garder de bonnes relations commerciales et de rassurer son partenaire, le COO d’Apple propose de mettre en place un « pare-feu » entre les équipes d’ingénieurs protégeant le code de Qualcomm.

Des révélations qui suggèrent que le manque de confiance aurait envenimé les relations entre les deux entreprises, qui étaient pourtant bien parties pour continuer leur partenariat commercial, malgré leur différend juridique. En fin de compte, Apple aura choisi d’utiliser exclusivement des modems d’Intel pour sa gamme d’iPhone de 2018.