Le site DxOMark félicite le Pocophone F1 en photo et le compare à l’iPhone 8

Smartphone

Par Henri le

Le site DxOMark se spécialise dans les tests des modules photo de nos smartphones. Et les récents résultats du Pocophone F1 sont plutôt impressionnants.

Quoi qu’en disent ses détracteurs, le Pocophone F1 fut une des meilleures surprises de l’année. Proposé à un prix défiant toute concurrence (environ 350 euros à sa sortie, et même moins maintenant), l’appareil embarque une fiche technique vraiment puissante, composée d’un SoC Snapdragon 845 et 6 Go de RAM.

À l’époque on déplorait seulement l’absence du support du DRM Widevine L1, qui empêchait de lire les contenus de Netflix (entre autres) en HD ou un APN dorsal dans la moyenne. Rien de bien pénalisant pour ce tarif, mais la firme semble tout de même avoir travaillé pour régler ces deux soucis. Elle a d’ailleurs rapidement sorti une mise à jour destiné à l’appareil photo et planche actuellement sur l’obtention de la certification Widevine L1.

Selon le célèbre site DxOMark, le double APN du Pocophone F1 se défend particulièrement bien. Le score de ce dernier est de 91, c’est-à-dire au coude à coude avec l’iPhone 8 (noté 92), qui coute plus de deux fois son prix. Ils seraient par ailleurs à égalité en termes de qualité vidéo. Le tableau comparatif disponible sur le site permet de se faire une idée plus précise de la situation.

On constate qu’en photo, le smartphone chinois est légèrement meilleur en ce qui concerne le rendu des couleurs et des textures. Il est en deçà en ce qui concerne l’exposition, le bruit ou encore le zoom. Le F1 en revanche une belle avance sur l’autofocus, la qualité du flash ou encore le Bokeh.

Si l’appréciation des photos reste toujours plus ou moins subjective, on imagine que la mise à jour n’était pas factice. Le retour de DxOMark tranche en effet avec de nombreuses critiques qui y voyaient un vrai point faible. Après tout, le Pocophone F1 utilise un IMX363, très proche de l’IMX 362 que l’on retrouvait sur le Google Pixel 2, et dont les clichés ont été mainte fois portés aux nues. Que l’on accorde tout sa confiance ou non à ces résultats, ils montrent que le travail logiciel est tout aussi important que le hardware.