Huawei se cherche un “plan B” en développant un OS alternatif à Android

Android

Par Amandine le

Les relations entre Huawei et les États-Unis continuent de se dégrader. La marque chinoise a visiblement tout prévu, avec le développement d’un système d’exploitation interne.

Crédit : andrekheren via Pixabay

Depuis quelques mois déjà, les relations entre les États-Unis et Huawei ne sont pas au beau fixe. En pleine guerre froide technologique, le géant chinois a récemment dévoilé qu’il avait déjà un plan B pour remplacer Android, au cas où son accord avec l’entreprise américaine viendrait à être rompu. Un OS de secours créé par Huawei, et révélé par le site allemand Die Welt à l’occasion d’une interview de son PDG Richard Yu.

“Nous avons préparé notre propre système d’exploitation. (…) C’est notre plan B. Mais bien sûr, nous préférons travailler avec les écosystèmes de Google et de Microsoft” – Richard Yu, PDG Huawei mobile

En cas de besoin, Huawei est donc prêt à abandonner Android au profit d’un écosystème maison. Une menace à peine voilée de la part du constructeur chinois, qui n’a néanmoins pas caché son envie de pérenniser ses accords avec ses partenaires américains : “Nous travaillons avec de nombreuses sociétés américaines, notamment Qualcomm et Microsoft. (…) Personne ne peut se construire tout seul dans cette industrie. Tout le monde doit travailler avec d’autres entreprises”.

La guerre froide continue

Publiée dans une période de fortes tensions entre Washington et le constructeur chinois, cette interview n’a visiblement pas plu à l’administration Trump, qui semble bien décidée à ne pas compter d’équipements Huawei chez ses alliés. Citée dans un article AFP, l’ambassade américaine basée à Berlin aurait déclaré : “Si des acteurs non dignes de confiance se retrouvent dans les réseaux d’un allié, cela pourrait soulever, à l’avenir, des questions concernant l’intégrité et la confidentialité de communications sensibles entre un tel pays et ses alliés”. Alors que l’Allemagne envisage sérieusement de faire appel à Huawei pour développer son réseau 5G, un tel positionnement pourrait bien entacher les relations entre le pays européen et Washington.

Source: Die Welt