Espace : La toute première photo de trou noir sera dévoilée cette semaine

Espace

Par Amandine Jonniaux le

Mercredi, le réseau international de radiotélescopes EHT a annoncé une conférence de presse événementielle qui sera diffusée en simultané dans 6 pays. On devrait notamment y découvrir la toute première photo d’un trou noir.

Crédits : David Mark via Pixabay CC

Va-t-on enfin pouvoir observer un trou noir ? Mercredi, le réseau de radiotéléscopie Event Horizon Telescope a annoncé la diffusion en simultané de six conférences de presse tout autour du globe. Prévue pour mercredi 15 heures à Bruxelles, et accessible directement via un stream, cette conférence annoncée en grande pompe devrait dévoiler la toute première image d’un trou noir.

Le trou noir invisible

Connus depuis le XVIIIe siècle, les trous noirs sont régulièrement mis en scène dans la pop culture. Pourtant, aucune image du phénomène n’a jamais été observée, pour la simple et bonne raison qu’un trou noir absorbe la matière, et donc la lumière. Caractérisés par une énorme masse pour un volume très faible, les trous noirs ne laissent aucune matière s’échapper de leur environnement.

“Nous pensons vraiment que ce que nous appelons un trou noir existe dans l’univers, même si nous n’en avons encore jamais vraiment vu un” – Paul McNamara, responsable scientifique de l’ESA

Si les trous noirs sont aujourd’hui invisibles à l’œil humain, les choses pourraient bien changer mercredi. L’EHT a en effet annoncé avoir réussi à créer un télescope virtuel de la taille de la Terre (environ 10 000 km de diamètre), réalisé en combinant “plusieurs observatoires comme s’ils étaient des petits fragments d’un miroir géant”, explique Michael Bremer, astronome à l’Institut de radio astronomie millimétrique (IRAM), et responsable de l’EHT Europe.

Voir l’impossible

Mercredi, la communauté scientifique devrait donc enfin lever le voile sur l’un des plus gros mystères de l’exploration spatiale. S’il ne sera fondamentalement jamais possible d’observer un trou noir à l’œil nu, Frédéric Gueth, chercheur au CNRS  et directeur adjoint de l’IRAM explique qu’il devrait être possible d’observer le phénomène “par contraste, en l’observant sur un fond brillant”. Ne reste qu’à attendre mercredi pour découvrir à quoi ressemblera vraiment un trou noir donc.