Le créateur du noyau Linux compare les réseaux sociaux à une « poubelle » et souhaite lever l’anonymat sur le web

Sur le web

Par Remi Lou le

Dans une interview pour le Linux Journal, Linus Torvalds charge violemment les réseaux sociaux, et recommande chaudement la fin de l’anonymat sur le web.

Linus Torvalds s’est fait connaitre en créant le noyau Linux. Depuis, le célèbre informaticien n’y va pas de main morte dans ses déclarations. Dans la dernière en date, il compare les réseaux sociaux à une maladie, voire même une poubelle du web.

« Twitter, Facebook, Instagram : c’est une maladie »

Au cours d’une interview avec Linux Journal, Linus Torvalds part en guerre contre les réseaux sociaux, qu’il considère comme « une maladie » qui encourage « les mauvais comportements ».

« Tout le modèle des J’aime et des Partager n’est que de la foutaise. Il n’y a aucun effort et aucun contrôle de la qualité. En fait, tout est axé sur l’inverse du contrôle de la qualité, avec des cibles du plus petit dénominateur commun, des appâts et des choses conçues pour générer une réaction émotionnelle, souvent l’indignation morale. »

Le créateur du noyau Linux poursuit en comparant même les réseaux sociaux à une poubelle dans laquelle les internautes déversent toutes leurs ordures, sous couvert d’anonymat. L’informaticien indique ainsi que l’anonymat doit cesser d’être sur le web, afin de rétablir de l’ordre. C’était par ailleurs une mesure qu’Emmanuel Macron évoquait il y a peu afin de lutter au mieux contre les fakes news, le harcèlement, le racisme ou encore le terrorisme.

« Certaines personnes confondent confidentialité et anonymat et pensent qu’ils vont de pair. La protection de la vie privée implique donc de protéger l’anonymat. Je pense que c’est faux. L’anonymat est important si vous êtes un dénonciateur. Mais si vous ne pouvez pas prouver votre identité, votre discours insensé sur une plateforme de médias sociaux ne devrait pas être visible, et vous ne devriez pas pouvoir le partager ou l’aimer »,  précise Linus Torvalds

8 réponses à “Le créateur du noyau Linux compare les réseaux sociaux à une « poubelle » et souhaite lever l’anonymat sur le web”

  1. C’est vrai un jeu de piste les sources.
    Au lieu de citer directement Linux Journal, qui est mentionné dans l’article, vous citez Presse Citron, qui cite ZDNet, qui cite Linux Journal.
    On se demande pourquoi les news arrivent à la bourre et sont souvent à coté de la plaque.

    Ironiquement je suis d’avis que l’anonymat sur le web est une très mauvaise chose. Il suffit de changer de pseudo, éventuellement changer de proxy/VPN et on repart à zero sans la moindre conséquence. Mais cela ne devrait pas se limiter aux réseaux sociaux et aussi s’étendre aux jeux en ligne.

  2. Cool, la police de la pensée gagne du terrain; vivement qu’on me dise ce que je peux penser et dire sur internet également!

  3. je ne suis pas d’accords. certain (beaucoup) n’en ont que faire d’être agressif et violent sur internet même sous leur vrai nom.
    quand on essaie de dénoncé les fake news et faire du debunk sous son vrai nom, le résultat est qu’on se prend une volé d’agression, aussi bien virtuelle que réel (lettre de menace de mort par exemple… quand ça ne vas pas jusqu’à atteindre la famille).
    En quoi les extrémistes de tout bord seraient moins violent sous prétexte qu’ils prendraient connaissance d’un debunk sous leur vrai nom ? ça ne les empêche en rien d’être nuisible.
    Par contre pour les auteurs de debunk, être obligé de publié sous leur vrai nom ça les mets juste en danger.

  4. Suffit de lire l’article ?
    « Au cours d’une interview avec Linux Journal, Linus Torvalds part en guerre… »

  5. Il n’a pas tort. la plupart des commentaires sont des gens
    qui se cachent derrière un pseudo afin d’extrapoler toute sa sa
    frustration de ses problèmes perso.

  6. Il a fumé Torvalds…  Effarant que ce type ne comprenne pas que l’anonymat nous protège des puissants…  pas de nous même….  le type est descendu au plus bas dans mon estime….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *