Voilà ce qui attend les « envahisseurs » de la Zone 51

Sur le web

Par Antoine le

Les « envahisseurs » qui ont prévu de prendre d’assaut la Zone 51 le 20 septembre auront fort à faire pour aller serrer la pince à E.T. en personne. Le site Jalonik s’est amusé à lister les obstacles qu’ils rencontreront.

Tout est parti d’une blague en apparence anodine sur les réseaux sociaux, quand un événement Facebook  avec pour objectif d’envahir la fameuse Zone 51 fut créé. Ce périmètre ultra-sécurisé a la réputation d’abriter toute une infrastructure en lien avec un secret d’Etat sur le thème des aliens. Mais quelques jours plus tard, la farce a pris des proportions incroyables : le groupe compte plus d’un million de personnes, au point de forcer les autorités à se tenir prêtes au cas où ce raid prévu le 20 septembre dégénérait.

Source : Réseaux sociaux

La Zone 51 fait depuis longtemps l’objet d’un tas de fantasmes : à en croire certains, c’est là que le gouvernement cacherait tout un tas de soucoupes volantes, aliens en captivité et autres « preuves » de leur existence. Si vous faites partie des gens qui sont convaincus que cette base mystérieuse renferme les preuves accablantes d’un complot ourdi par les autorités fédérales américaines, vous pourriez être tenté d’aller vérifier par vous-mêmes. Mais attention : aller serrer la pince aux petits hommes verts retenus par des agents secrets tout droit sorti de Men In Black ne sera pas de tout repos.

Milice, capteurs, force létale et jets de combat

Il vous faudra d’abord traverser un paysage lunaire, plein de cratères, vestiges d’anciens tests nucléaires et fermés au public pour des raisons évidentes. Il vous faudra ensuite vous défaire des milices privées qui patrouillent en permanence autour du site, arborant treillis militaires et armes de guerre…

Et bon courage pour leur échapper : la zone serait également bardée de capteurs, rendant dérisoires les chances de passer inaperçu.
Une fois attrapé, tout contrevenant passera quelques heures en détention jusqu’à l’arrivée d’un shériff, qui délivrera une amende de 750$ pour intrusion.
Enfin, dans le meilleur des cas : la zone est truffée de panneaux “Utilisation de mesures létales autorisée”. Pas besoin de vous faire un dessin, si votre collègue d’invasion se fait descendre, il y a fort à parier que sa famille ne dispose d’aucun recours légal.

Si vous ne vous faites pas tirer dessus, vous pourriez tout de même vous retrouver dans un sacré pétrin juridique : en tant que terrain militaire fédéral, une intrusion dans la Zone 51 pourrait vous valoir un procès pour intrusion , ou pire, pour conspiration.

Enfin, reste un détail à noter : d’après la porte-parole de l’US Air Force Laura McAndrews, il existe un risque de dommage collatéral : elle précise que la zone 51 se trouve dans un périmètre de test pour avions de combat, et qu’accéder à cette zone serait très dangereux… sans toutefois préciser la nature exacte du danger.

En tout cas, force est de constater qu’il existe de bonnes raisons pour renoncer à piquer un sprint jusqu’au cœur de la Zone 51. Rendez-vous le 20 septembre, pour compter les courageux qui iront certainement causer un peu de grabuge sur place : notre petit doigt nous dit que le compte sera probablement loin des 1,3 millions annoncés…

Source: Jalopnik