Certains sachets de thé libèrent des microplastiques dans nos tasses

Science

Par Amandine Jonniaux le

Vous reprendrez bien une petite infusion de polytéréphtalate d’éthylène ?

Crédits Skitterphoto via Pixabay CC

L’étude a été publiée ce mois-ci dans la revue Environmental Science & Technology, et elle n’est pas particulièrement appétissante. Alors que le thé nous est vendu depuis des millénaires comme la boisson santé par excellence, des chercheurs canadiens de l’Université de McGill ont récemment pointé du doigt la dangerosité des sachets de thé en nylon et en plastiques. Après avoir vidé et lavé plusieurs sachets en nylon issus de grandes surfaces, l’infusion de ces derniers dans de l’eau à 95°C a révélé une importante concentration de microplastiques dans l’eau : “Nous avons montré que le fait de tremper un sachet de thé en plastique à une température d’infusion (95°C) libère environ 11,6 milliards de microplastiques et 3,1 milliards de nanoplastiques dans une seule tasse”, expliquent les auteurs de l’étude, relayée par le site Sciences et Avenir. Au menu de ce cocktail plutôt inquiétant, du nylon, mais aussi du polytéréphtalate d’éthylène, ou PET, très utilisé dans l’industrie alimentaire, mais nocif lorsqu’il est soumis à des températures élevées, car susceptible de libérer des traces de trioxyde d’antimoine, un perturbateur endocrinien potentiellement cancérigène. 

Dans un communiqué publié le 22 août dernier, l’Organisation mondiale de la Santé encourageait la communauté scientifique à “mener une évaluation approfondie des microplastiques présents dans l’environnement et de leurs conséquences potentielles sur la santé humaine”, expliquant au passage qu’il devenait primordial de comprendre les effets potentiellement nocifs de ces plastiques sur la santé, ces derniers étant “présents partout, y compris dans l’eau que nous buvons”. En attendant des recherches plus poussées sur le sujet, on ne peut que vous conseiller de privilégier le thé en vrac ou les bons vieux sachets en papier (non blanchis), moins polluants et surtout moins controversés.