Sandy Hook : une théorie du complot coûte cher à son auteur

Sur le web

Par Olivier le

Les théories du complot font du mal aux victimes et peuvent coûter cher à ceux qui les propagent. L’auteur d’un livre niant le massacre de Sandy Hook a été condamné à une grosse amende.

La fusillade de Sandy Hook a marqué les esprits aux États-Unis : en 2012, Adam Lanza, âgé de 20 ans, se rend lourdement armé dans cette école primaire pour y tuer 27 personnes dont 20 enfants, avant de se donner la mort. Le drame a relancé le débat sur les armes à feu, mais rapidement il a aussi attiré les théoriciens du complot qui dans leur délire y vont vu un hoax.

Délire complotiste

C’est le cas de James Fetzer et Mike Palacek, coauteurs du livre « Personne n’est mort à Sandy Hook ». Leur thèse est que le massacre n’est rien d’autre qu’une mise en scène organisée par l’administration Obama afin de restreindre le droit aux armes. Et que les victimes n’ont jamais existé : les familles éplorées ne sont que des acteurs ayant bricolé des actes de décès.

Leonard Pozner, père de Noah, un petit garçon de 6 ans mort à Sandy Hook, a décidé de riposter. Avec d’autres parents de victimes, il a créé une association pour attaquer les complotistes qui, de plus, n’ont cessé de harceler les familles. Il a porté plainte contre les deux auteurs du livre, et il a gagné chacun de ses procès.

En septembre, Pozner obtenait un dédommagement de la part de Palacek qui a accepté la décision du tribunal. Oui, le certificat de décès de Noah est « authentique », a-t-il admis. James Fetzer est un dur à cuire : il a beau avoir perdu devant le tribunal qui l’a condamné à un dédommagement de 450.000 $, il n’en démord pas. Il va faire appel du jugement, estimant être le porte-voix des « citoyens journalistes » luttant contre « l’influence des fake news ».

Pour le père de famille, cette victoire contre les deux complotistes envoie le message que les actions ont des conséquences pour ceux qui utilisent internet pour « victimiser à nouveau et terroriser des personnes vulnérables ». Leonard Pozner ne recevra sans doute pas l’argent que lui doit Fetzer : sa situation financière ne lui permet pas de verser l’amende…

Source: Slate