La Chine teste la fusion nucléaire avec son « soleil artificiel »

Science

Par Felix Gouty le

Le HL-2M Tokamak est capable d’atteindre des températures treize fois plus élevées que celles à l’intérieure du Soleil ! Ce réacteur chinois de fusion nucléaire sera testé pour la première fois l’an prochain.

Le soleil est perpétuelement en fusion.

A l’intérieur, la température atteint plus de 200 millions de degrés Celsius – un record. Les particules d’hydrogène en sont si excitées qu’elles fusionnent sous forme d’hélium en un plasma instable. L’énergie est telle que le plasma éclate par endroit et endommage les parois internes du réacteur ! Mais aucune alarme ne se déclenche, ce dernier est intact et l’opération de fusion nucléaire réussie. Tel est le meilleur scénario possible envisagé actuellement par les physiciens chinois. Ces derniers ont mis au point l’équivalent d’un « soleil artificiel », un réacteur nucléaire si puissant qu’il peut dépasser de treize fois la température interne de notre étoile. Lors de l’édition 2019 de la Conférence chinoise sur la fusion énergétique organisée le mois dernier, Duan Xuru, directeur de l’Institut de physique du sud-ouest de la Chine, a affirmé qu’un tel réacteur serait opérationnel pour de premiers essais l’an prochain.

Ce réacteur de fusion nucléaire se nomme HL-2M Tokamak. Ce tokamak – type de réacteur en forme de donut – comporterait la meilleure architecture de confinement au monde. Il permettrait ainsi d’éviter que les éclats du plasma en fusion ne mettent à mal son fonctionnement. La conception de ce tokamak lui conférerait aussi des champs magnétiques « manipulables » afin de mieux contrôler l’évolution des températures de la dangereuse réaction. Si cette nouvelle opération pourrait bien repousser les limites de la fusion nucléaire, elle n’est pas encore capable de démocratiser la pratique. En effet, le coût énergétique (et donc technologique et financier) pour réaliser une réaction de fusion excéderait pour le moment largement le gain. « Le tokamak HL-2M va offrir aux chercheurs des données inestimables sur des plasmas de fusion produits dans des conditions de haute-performance et sur la gestion de la température et des particules dans le réacteur, a déclaré cependant James Harrison, un physicien spécialiste de la fusion à l’Autorité de l’énergie atomique du Royaume-Uni (l’équivalent britannique à notre Commissariat à l’énergie atomique français), à Newsweek. L’efficacité de cette gestion est l’un des principaux problèmes bloquant la commercialisation de réacteur de fusion nucléaire et les résultats des premiers essais du HL-2M influenceront ainsi certainement la conception de nouveaux réacteurs. »

La fusion nucléaire. Un...
3 Commentaires
La fusion nucléaire. Un...
  • Benuzzi-Mounaix, Alessandra (Author)
Source: Newsweek