Les États-Unis pourraient prendre le contrôle de Nokia et d’Ericsson

Business

Par Olivier le

Dans sa guerre de tranchées contre Huawei, les États-Unis sont décidément prêts à tout. L’administration Trump évoque désormais l’idée de prendre le contrôle de deux équipementiers européens.

William Barr, le ministre de la Justice américain, a lâché la bombe cette semaine durant un colloque consacré aux dangers que la Chine ferait peser sur la sécurité des États-Unis et du monde. Son idée est tout simplement de prendre le contrôle du capital de Nokia (Finlande) et d’Ericsson (Suède), les deux principaux équipementiers réseau à même de concurrencer Huawei dans le domaine de la 5G.

Proposition iconoclaste

Washington avait déjà émis l’idée d’une aide financière pour soutenir les deux entreprises, mais la prise de contrôle du capital est une nouveauté. Pour y parvenir, les États-Unis pourraient par exemple acheter des actions directement, soit en passant par un consortium privé composé d’entreprises américaines ou proches des valeurs du pays.

William Barr estime que Nokia et Ericsson ne bénéficient pas du même soutien étatique que Huawei, aidé par les autorités chinoises et pouvant prospérer sur un vaste marché domestique. Il n’est toutefois pas certain que l’Europe soit très heureuse de voir les États-Unis marcher sur son pré carré. Ce d’autant que ni l’Union européenne, ni le Royaume-Uni n’ont fermé leurs portes à Huawei pour équiper leurs réseaux 5G. Sous conditions certes, mais ce n’est pas l’interdiction pure et simple voulue par Washington.

L’administration Trump estime que laisser Huawei poser ses équipements réseau partout en Europe constitue une porte d’entrée qui permettrait à Pékin d’étendre ses capacités d’espionnage. Washington va devoir maintenant préciser sa volonté, tandis qu’on attend une réponse non seulement des deux constructeurs, mais aussi de Bruxelles.

Source: BFM