Des chercheurs augmentent de 500% l’espérance de vie d’un organisme vivant

Science

Par Felix Gouty le

Pour repousser les limites de la longévité humaine, des généticiens sont parvenus à allonger l’espérance de vie de C. elegans, un ver minuscule, dont certains gènes sont très similaires à leurs équivalents humains.

Vivre presque aussi longtemps que Maître Yoda dans la saga Star Wars sera-t-il bientôt possible ? (Crédits : LucasFilm / Disney).

Deux modifications génétiques ont suffi à allonger l’espérance de vie d’un simple ver de 500%. Pour y parvenir, des chercheurs américains et chinois ont pratiqué une série de mutations génétiques sur des embryons de Caenorhabditis elegans. Cet organisme transparent d’à peine un millimètre de long est un nématode, aussi appelé “ver rond”, une famille de vers dont la majorité est parasitaire. C. elegans est bien connu des généticiens, car il présente des gènes dont l’être humain possède des équivalences très similaires. Ces gènes régissent l’activation de la mort programmée de ses cellules et donc son espérance de vie. Ne vivant naturellement pas plus de trois à quatre semaines, C. elegans est extrêmement prisés des scientifiques souhaitant repousser les limites de la durée de vie d’un organisme. Ces deux particularités inspirent de nombreuses recherches pour le développement de traitements anti-âge. Dans ce domaine, Jarod A. Rollins du Laboratoire biologique MDI du Maine, aux États-Unis, et ses collègues ont obtenu des résultats encore inédits et publiés dans la revue Cell Reports.

Durant leur étude, ils ont effectué des modifications génétiques au sein de l’ADN mitochondrial (matériel génétique de la mitochondrie, un élément cellulaire) de cellules intestinales de ce ver. Ces changements ont affecté deux chaînes de réaction indépendantes. La première, nommée TOR, régule la prolifération cellulaire et la seconde est impliquée dans la gestion du taux d’insuline cellulaire. Ces deux voies métaboliques sont connues des généticiens spécialisés pour augmenter la longévité de C. elegans : la première de 30% et la seconde de 100%. Pourtant, en les combinant, les chercheurs américains et chinois ont récemment découvert qu’elles pouvaient conférer non pas 130% mais 500% d’espérance de vie supplémentaire ! Chez un être humain, cette synergie génétique inespérée lui offrirait la possibilité de vivre jusqu’à 400 ou 500 ans. “L’effet de cette synergie n’est pas ‘1 + 1 = 2’ mais ‘1 + 1 = 5’, confirme Jarod Rollins dans un communiqué. Nos découvertes démontrent que dans la nature, tout peut être lié. Nous devons désormais concentrer nos recherches sur des réseaux de longévité tels que celui-ci pour mettre au point des traitements anti-âge plus efficaces chez l’humain.”

Pyramid Star Wars 'Yoda' Door...
658 Commentaires
Pyramid Star Wars "Yoda" Door...
  • Star Wars Yoda paillasson
  • Paillasson 40 x 60 cm
  • Produit officiel
  • Résistant
Source: Phys.org