Nintendo : une fuite massive de données révèle le code source d’anciennes consoles

Jeux Vidéo

Par Remi Lou le

Près de 2 téraoctets de données confidentielles concernant d’anciennes consoles de Nintendo se sont retrouvé sur les forums de 4chan, ce week-end. Théoriquement, elles permettraient de réaliser des portages des titres phares de Nintendo sur PC, mais aussi de comprendre ce qui se tramait en interne dans la firme japonaise.

Crédits : Nintendo

Le week-end dernier, une importante fuite de données concernant Nintendo a eu lieu sur les forums de 4chan. Près de 2 teraoctets de données ont ainsi été divulguées, comprenant les codes sources originaux de nombreuses consoles phares du constructeur, de la Nintendo 64 à la Wii en passant par la GameCube. Ces données comprennent aussi bien les codes sources que la documentation interne concernant ces consoles, et mêmes les logiciels de test qui ont été utilisés par Nintendo à l’époque. Voici la liste de tout ce qui s’est retrouvé en ligne :

  • Code source pour boot0/1/2
  • Schéma/fiches techniques pour chaque composant du système et Verilog pour AES/SHA
  • Documents de BroadOn décrivant la planification et la mise en œuvre des fonctionnalités + APIs + documents pour les logiciels internes
  • SDK + Code source de l’IOS (système d’exploitation de la Wii
  • Documents de planification pour la mise en œuvre du système de 2004 à 2006
  • Codes sources de la bibliothèque wii sdk (DVD, EXI)
  • Code source et informations sur les systèmes de fabrication et d’édition
  • Éléments divers (SDK interne WPAD de 2005, aperçu Wii de RVL_SDK 1.0)
  • sdboot”, une version spécifique de boot2 qui charge les données de la carte SD probablement exploitable pour l’exécution du code boot2 sur toutes les Wii
  • Gamecube et ique (documents internes de la gamecube, y compris la disposition physique des disques, 2Go d’iQue, ainsi qu’un CVS complet)

Certes, il s’agit d’anciennes consoles, et la plus récente d’entre elles, la Wii, date d’il y a presque 15 ans. Malgré tout, cette fuite massive pourrait avoir d’importantes conséquences. Selon VideoGamesChronicle, à l’origine de la découverte de cette fuite, ces données permettraient de réaliser des clones virtuels à l’identique des consoles d’origine et de leurs jeux. Cela permettrait, théoriquement, de faciliter le travail aux émulateurs puisque ceux-ci pourraient dorénavant s’appuyer sur les codes sources d’origine des consoles. Surtout, certains acharnés pourraient s’appuyer sur ces données pour proposer des versions de titres phares de Nintendo – comme Pokémon, Mario ou Zelda – directement sur PC, sans passer par un émulateur. Cela s’est déjà vu récemment, puisqu’une version DirectX 12 parfaitement fonctionnelle de Super Mario 64 a ainsi vu le jour, comme l’a repéré VideoGamesChronicle début mai.

Pour l’heure, l’origine de cette fuite massive n’est pas connue, même si un utilisateur de Resetera suppose que ces données proviendraient du piratage d’un serveur de BroadOn, entreprise qui collaborait avec Nintendo sur la Wii. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que des données confidentielles de Nintendo se retrouvent sur le web. En 2018, un hacker britannique était parvenu à s’infiltrer dans les serveurs de Nintendo et y a volé de nombreuses données, qui se partagent désormais au compte goutte sur le web. Pour l’heure, nous ne savons pas si cette nouvelle fuite de données pourrait éventuellement être liée à ce hack survenu il y a deux ans.