Mars : la planète rouge s’entourerait d’anneaux au fil du temps

Espace

Par Felix Gouty le

Saturne et Neptune ne seraient pas les seules planètes à se doter d’anneaux. Selon une théorie, Mars se serait parée d’anneaux planétaires temporaire trois à sept fois durant son histoire. Une nouvelle étude vient renforcer cette idée.

Crédits : @Aynur_zakirov via Pixabay

Les géantes gazeuses comme Saturne et Neptune ne seraient finalement pas les seules planètes de notre système solaire à se parer d’anneaux rocheux autour d’elles. Une nouvelle étude scientifique vient aujourd’hui renforcer la théorie selon laquelle notre voisine écarlate, Mars, aurait possédé de tels anneaux par le passé – et pas qu’une fois. Plusieurs planétologues, notamment américains et français, estiment depuis quelques années que les deux satellites naturels de la Planète Rouge – Phobos (ou “peur” en grec) et Deimos (ou “terreur”) – se sont formés à partir de plusieurs séries d’anneaux planétaires. L’équipe du projet de recherche UnivEarthS, mené par Sébastien Charnoz, professeur de l’Institut de physique du globe de Paris, avait même illustré cette hypothèse dans une vidéo en 2016 (voir ci-dessous).

D’après les travaux, relevés par Futura-Sciences, de deux planétologues américains, Mars aurait été l’objet de plusieurs cycles de formation d’anneaux planétaires puis de leur accrétion en satellites ou “lunes”. David Minton et Andrew Hesselbrock pensent que trois à sept cycles de ce type se seraient déroulés dans l’histoire de la planète. Phobos et Deimos seraient le résultat de deux d’entre eux, bien distincts. Et c’est ce que permet d’affirmer la nouvelle étude menée par David Minton et, notamment, Matija Ćuk, son collègue du SETI (Institut de recherche d’une vie extra-terrestre intelligente) et publiée dans la revue Astrophysical Journal Letters. D’après leurs nouvelles observations, le plan orbital de Deimos, la “lune” de Mars la plus éloignée, ne diffère que de 2% avec le plan équatorial de la planète. Ceci signifie qu’il est fort probable qu’elle soit issue d’un anneau planétaire, forcément incliné au même niveau que le plan équatorial de Mars. De plus, les chercheurs estiment que, compte-tenu de son éloignement progressif de l’orbite martienne, Deimos serait âgée de 3 milliards d’années et que sa “sœur”, Phobos, serait bien plus jeune. Cette dernière serait donc issue d’un autre cycle de formation d’anneaux planétaires, plus récent. Et selon la théorie de Minton-Hesselbrock, Phobos va être à l’origine d’un autre disque rocheux à son tour. Dans 70 millions d’années, la force d’attraction gravitationnelle de Mars devrait exercer sur elle une pression si forte qu’elle se désintégrerait en un amas de débris pour former un nouvel anneau planétaire. Néanmoins, afin que cette hypothèse soit validée, il faudra pouvoir analyser des échantillons de roches martiennes et chercher si certaines pourraient mettre en évidence l’existence passée d’au moins un anneau planétaire. Pour cela, les chercheurs comptent sur la JAXA, l’Agence d’exploration aérospatiale japonaise, et sa mission “Martian Moons Exploration” en 2029.