Pour bien fonctionner, un cerveau artificiel a lui aussi besoin de sommeil

Pour stabiliser un réseau de neurones artificiels débordés de travail par « machine learning », des chercheurs en informatique à Los Alamos ont utilisé un bruit statistique reproduisant le bruit de fond neuronal d’un sommeil profond.

Crédits : Pixabay.

Si les androïdes rêvent de moutons électriques, de quoi pourraient bien songer les cerveaux artificiels ? Cette question va finir par devoir être posée maintenant que des chercheurs ont découvert que certaines intelligences artificielles peuvent avoir besoin d’une forme de sommeil pour fonctionner correctement. Yijing Watkins et d’autres chercheurs en informatique du Laboratoire national de Los Alamos s’en sont rendus compte lors du développement d’un réseau de neurones artificiels entraînés à reconnaître des objets sans éléments de comparaison, comme à la lecture d’un dictionnaire. Ce type de cerveau artificiel est appelé « neuromorphique« , car il tente de reproduire un schéma cognitif précis existant chez les êtres humains ou d’autres êtres vivants. En l’occurrence, l’équipe de Los Alamos voulait observer si leur cerveau artificiel pouvait reproduire l’apprentissage par la vue que l’on retrouve chez les jeunes enfants. Rapidement, le processus de « machine learning«  incessant a rendu instable le réseau de neurones. Pour y remédier, les scientifiques se sont demandés si l’ajout d’un bruit statistique (des données répétitives non-pertinentes) pouvait arriver à le stabiliser. Ainsi, pour continuer le parallélisme avec la réalité biologique, ils y sont parvenus en reproduisant le bruit de fond d’un sommeil profond.

« C’était comme si nous donnions à notre réseau de neurones artificiels l’équivalent d’une bonne nuit de sommeil », explique Yijing Watkins dans un communiqué relayé par The Next Web. Les chercheurs de Los Alamos ont inséré des signaux constants caractéristiques du bruit additif blanc gaussien, qui couvre une large bande de fréquences de manière uniforme. En somme, il simule informatiquement le son statique émis par la bande FM de la radio entre les stations actives. L’émission des signaux gaussiens ont permis aux neurones artificielles de maintenir une certaine stabilité, comme s’ils avaient arrêtés d’halluciner à force d’ingérer des informations. Watkins et ses collègues présenteront leurs travaux dans de plus amples détails lors d’un séminaire sur les femmes dans la recherche de la vision par ordinateur, le 14 juin à Seattle.

Illusion 3D Cerveau LED Lampe...
1 Commentaires
Illusion 3D Cerveau LED Lampe...
  • SENSITIVE SMART TOUCH ET TÉLÉCOMMANDE - La télécommande peut éteindre / allumer la...
  • 【Arrivée en France sous 7 à 15 jours】Télécommande: 16 couleurs et 4 modes de cycle de 7...
  • 3D EFFET VISION - surtout dans l'obscurité ou de prendre une photo, le frisson vi...
  • Deux types d’alimentation: connectée USB (câble USB inclus) ou alimentée par 3 piles AA...