#BalancetonTikTokeur : le harcèlement s’invite sur la plateforme

Sur le web

Par Remi Lou le

Il a beau être le réseau social plébiscité des plus jeunes, TikTok n’est pas le monde des bisounours qu’il semblait être. Le #BalancetonTiktokeur, lancé ce mercredi 17 juin, révèle l’ampleur des tentatives de harcèlement sur la plateforme, jusqu’à faire réagir Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes.

Ce mercredi 17 juin, une utilisatrice répondant au nom de @dilxgx lance sur Twitter le hashtag #Balancetontiktokeur afin de dénoncer les tentatives de cyber-harcèlement sur la plateforme. Largement relayé, le post a suscité de vives réactions, et poussé de nombreuses utilisatrices du réseau social a témoigner de leur (mauvaise) expérience avec des influenceurs de la plateforme.

Le mouvement, qui se fait l’écho de #BalancetonPorc, ou, plus récemment, de #BalanceTonYoutubeur, a permis a plus de 20 000 tweets d’émerger en seulement 24 heures, note 01net. De nombreuses utilisatrices de TikTok indiquent avoir été victimes de tentatives d’intimidations telles que des demandes de photos dénudées de la part de personnalités de la plateforme, ou encore des tentatives d’escroquerie pour soutirer de l’argent aux utilisatrices.

Ce hashtag révèle que, sur le réseau social préféré des enfants et des adolescents, les menaces, insultes et tentatives de chantage semblent, hélas, bel et bien présentes. « J’ai eu l’idée de créer le # pour encourager les autres à dire la vérité et à enfin avoir une bonne occasion de sortir des screens de TikTokeurs qui demandent des nudes à leurs abonnés alors qu’ils savent qu’ils en demandent à des meufs de 13 ans » indique plus tard @dilxgx, jeune utilisatrice à l’origine du mouvement.

Si #Balancetontiktokeur lève le voile sur les sombres coulisses de certains échanges privés, il a également permis à de nombreux internautes de s’insurger face aux contenus clairement sexistes, homophobes ou racistes, lesquels sont disponibles publiquement sur la plateforme. Dans l’un d’entre eux, un utilisateur de la plateforme s’insurge par exemple de la revendication de remboursement des serviettes hygiéniques, en disant « Vous (les femmes), vous avez l’occasion de trouver un travail en passant sous le bureau, nous non », et a particulièrement fait réagir sur Twitter, tout comme d’autres vidéos légitimant le viol.

Alerté aussi bien par ces multiples témoignages que ces propos tenus publiquement sur la plateforme, la secrétaire d’Etat chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, s’est insurgé sur Twitter en relayant le hashtag tout en exigeant une rencontre avec TikTok pour mettre fin aux dérives.

Du côté de TikTok, on condamne évidemment ces comportements. La firme a précisé que la modération est sans cesse renforcée sur sa plateforme, tout en précisant que la plupart des échanges privés relayés dans ces témoignages n’avaient pas eu lieu sur sa plateforme.

Source: 01net