COVID-19 : la Chine veut utiliser l’IA pour prédire de nouveaux cas

Le géant télécom chinois, Tencent, a permis à des scientifiques de créer une plateforme de prédiction d’aggravation de cas de COVID-19 en milieu hospitalier. Ce dispositif se base sur le traitement de milliers de fichiers médicaux par une intelligence artificielle.

© fernandozhiminaicela – Pixabay

Mieux vaut-il prédire que guérir ? Tencent, l’une des plus grandes compagnies télécoms chinoises, semble en tout cas prête à en faire le pari. Son département de recherche spécialisée en technologies d’intelligence artificielle, Tencent AI Lab, vient de publier un dispositif prédictif d’aide au triage des malades de la COVID-19. Les quelques 70 chercheurs et 300 ingénieurs de ce centre de recherche privé ont prêté mains fortes à des scientifiques et médecins de santé publique de l’Institut de santé respiratoire de Guangzhou (Canton), pour le mettre au point. Son fonctionnement et sa conception sont détaillés dans une étude publiée récemment dans la revue scientifique Nature Communications. Ce dispositif se base sur un traitement d’un important volume de données grâce au “deep-learning”. Une intelligence artificielle conçue au Tencent IA Lab a ingurgité les fichiers médicaux de 1590 patients, provenant de 575 centres médicaux chinois. Les premiers résultats et concordances statistiques qu’elle a établis ont ensuite été validés avec une nouvelle cohorte de données provenant de 1393 malades, hospitalisés à Wuhan (foyer de la pandémie), des provinces du Hubei et du Guangdong.

Le dispositif prend en compte plusieurs paramètres médicaux (symptômes, maladies chroniques, concentration sanguine de certaines enzymes) afin de donner une estimation précise du risque d’aggravation chez un malade du coronavirus SARS-CoV-2. Il présente les probabilités que le patient subisse une aggravation dans les 5, 10 ou 30 jours après son admission et son diagnostic. Tencent a rendu ce dispositif disponible au public, par le biais d’une plateforme dédiée. Son utilisation est néanmoins destinée au personnel soignant des centres hospitaliers en charge de malades de la COVID-19. L’aggravation d’une telle infection peut arriver rapidement et sans prévenir. Comme le rappelle TechCrunch, en moyenne, 6,5% des malades sont amenés à développer des symptômes plus graves. Parmi ces cas graves, 49% d’entre eux sont susceptibles d’en mourir. L’intention de Tencent est d’aider les hôpitaux à mieux “trier” leurs patients, en fonction de leur propension à développer une aggravation, afin que les soins nécessaires soient plus rapidement prodigué aux plus fragiles. En cette période estivale, où la menace d’une seconde vague pandémique se concrétise chaque jour, tous les outils de lutte semblent les bienvenus.