Des chercheurs décryptent l’invincibilité d’un scarabée

Science

Par Victor le

Le Dr. Rivera a été plutôt surpris quand il a constaté que ce scarabée avait survécu non pas à un, mais bien à deux écrasements d’une Toyota Camry (1,6 tonnes). Ce scarabée noir tacheté appartient à l’espèce « Nosoderma diabolicum ». Les non-scientifiques peuvent l’appeler « coléoptère diabolique à tête de fer ».

C’est en 2015 que l’obsession du Dr Rivera pour les scarabées a commencé. Cette année-là, il a demandé à l’un de ses collègues d’écraser avec sa voiture un pauvre scarabée, deux fois. Mais malgré ces deux tentatives, l’insecte était encore vivant, et le Dr Rivera s’est donné pour ambition de comprendre cette petite merveille de l’évolution. En effet, quel autre animal serait capable de résister à une force égale à 39 000 fois son poids corporel, soit l’équivalent d’une personne de 68 kg  supportant l’écrasement d’environ 25 baleines bleues ? Cet insecte, appartenant à la très bien nommée espèce des Nosoderma diabolicum, est principalement présent sur la côte ouest de l’Amérique du Nord, et il s’est probablement adapté aux dangers qui le guettent, comme la morsure des prédateurs ou le poids des rochers sous lesquels il se faufile. En analysant cette capacité unique, le but du Dr Rivera et de ses chercheurs est de développer de nouveaux produits synthétiques ultra-résistants, pour la construction ou l’aéronautique par exemple.

L’étude des chercheurs, publiée dans la prestigieuse revue scientifique Nature, met en évidence l’exosquelette du scarabée, rempli de protéines qui semblent améliorer sa durabilité.De plus, cet exosquelette se caractérise par une structure unique, qui remplace d’anciennes ailes par une véritable coquille protectrice composée de différentes couches.  Une architecture interne comparable à un système de poupées russes selon les chercheurs, c’est-à-dire une série de couches concentriques qui correspondent exactement aux formes qui les entourent. Résultat, toute pression exercée sur la structure est répartie dans tout le corps, plutôt que de se concentrer sur un seul point faible. Il n’existe cependant pas encore de matériaux « diaboliques » inspirés de ce scarabée vendus sur le marché. Ce mécanisme ingénieux est pour l’instant une exclusivité de la nature.

L'économie bleue 3.0
33 Commentaires
L'économie bleue 3.0
  • 496 Pages - 05/29/2019 (Publication Date) - L'OBSERVATOIRE (Publisher)