Déconfinement le 15 décembre : est-on sur la bonne voie ?

Général

Par Anne Cagan le

La deuxième phase du déconfinement doit être lancée le 15 décembre s’il y a, d’ici-là, moins de 5000 contaminations par jour et moins de 3000 personnes en réanimation. Mais ces objectifs paraissent de plus en plus difficiles à atteindre.

© Christo Anestev – Pixabay

C’est une des étapes clés du calendrier présenté par Emmanuel Macron, il y a deux semaines. Après la réouverture des commerces non essentiels, d’autres restrictions devraient être levées le 15 décembre si le nombre de contaminations est descendu, d’ici-là, à 5000 par jour et le nombre de personnes en réanimation, sous la barre des 3000. Le réouverture des cinémas, musées, théâtres et l’autorisation des déplacements y compris dans d’autres régions était notamment sur la table. Mais, à une semaine de la deuxième phase de déconfinement, est-on sur la bonne voie pour tenir ces objectifs ?

“On est un peu inquiets”, a indiqué l’infectiologue Karine Lacombe sur BFMTV.
Si la circulation du SARS-CoV-2 a continué de diminuer, les indicateurs restent à un niveau élevé, au-dessus des 10 000 contaminations quotidiennes en moyenne. Samedi, le chiffre de personnes déclarées positives dans les dernières 24 heures s’élevait même à 12 923.

« Ça va être très très compliqué d’être en dessous de 5000 cas quotidiens voir impossible” a conclu l’infectiologue Karine Lacombe. Même son de cloche à l’institut Pasteur. “Ces derniers jours, il y a un fort ralentissement de la dynamique (ndlr : de baisse) et, si cette tendance se confirme, nos modèles montrent qu’on ne sera pas sous les 5000 avant le 15 décembre” explique Simon Cauchemez, directeur de recherche au sein de l’institut dans les colonnes du Parisien.

Le nombre de personnes en réanimation a en revanche, lui, bien baissé. Samedi, il était à 3220 et dimanche à 3210. “On pense que d’ici le 15 décembre on sera en dessous des 3000” a précisé Karine Lacombe sur BFMTV. Vu la communication de l’exécutif sur les fêtes de Noël, il est permis de penser que les restrictions seront assouplies le soir du réveillon même si les indicateurs ne sont pas atteints. Le lancement de la deuxième phase de déconfinement le 15 décembre paraît en revanche bien plus incertain. Une chose est sûre, les efforts pour limiter la circulation du virus (respect des gestes barrières, limitations des déplacements inutiles, etc.) doivent être redoublés.