L’héritier de Samsung repasse par la case prison

politique

Par Remi Lou le

L’actuel vice-président et héritier de Samsung vient d’être remis en prison, après une nouvelle décision de la Cour suprême sud-coréenne. En 2017, il avait déjà été condamné à cinq années de réclusion après un scandale de corruption le liant à l’ancienne présidente de Corée du Sud, Park Geun-hye.

Crédits : Kote Puerto via Unsplash

Tandis que la firme sud-coréenne est dans la lumière suite à l’annonce de ses derniers fleurons, les Galaxy S21, Galaxy S21+ et Galaxy S21 Ultra, voilà qu’une sombre affaire refait surface. Lee Jae-yong, héritier de Samsung et actuel vice-président du groupe, vient en effet d’écoper d’une nouvelle peine de prison de deux ans et demi après le scandale de corruption qui avait mené à la destitution de l’ancienne présidente de Corée du Sud, en 2017. Cette année-là, l’héritier de Samsung était accusé par la justice sud-coréenne d’avoir tenté d’offrir des pots-de-vin à des proches de l’ex-présidente Park Geun-hye, dans l’espoir de se voir accorder des faveurs gouvernementales. Il avait alors écopé de cinq années de prison, mais il n’en a purgé qu’une seule après sa libération en 2018, puis un nouveau jugement en 2019 dont la décision vient justement de tomber. Lee Jae-yong doit donc repasser par la case prison, pendant deux ans et demi.

Pour rappel, Lee Jae-yong est le petit-fils du créateur de Samsung, et fils de Lee Kun-hee, qui a fait de l’entreprise le géant mondial qu’il est aujourd’hui. À la mort de ce dernier en octobre 2020, Lee Jae-yong avait hérité du conglomérat en qualité de président. Il devra continuer d’exercer son rôle depuis sa cellule, tout en laissant un vide à la tête de l’entreprise. « Il est très malheureux que Samsung, la plus grande entreprise du pays et un fleuron mondial de l’innovation, soit de façon répétée impliqué dans des crimes dès que le pouvoir politique change » a déclaré le tribunal de Séoul dans son jugement. Quant à l’ancienne présidente Park Geun-hye, elle a définitivement été condamnée à 20 ans de prison dans une décision donnée jeudi dernier par la Cour suprême sud-coréenne.

Source: Le Monde