On sait enfin comment le FBI a déverrouillé l’iPhone de San Bernardino

Apple

Par Remi Lou le

Après plusieurs années de mystère, l’affaire de l’iPhone du tireur de San Bernardino commence enfin à s’éclaircir.

Crédits : Yogesh Khetani / Pixabay

Rappelez-vous de l’an 2016, lorsque Apple et le FBI étaient engagés dans un véritable bras de fer dans l’affaire dites de « l’iPhone de San Bernardino ». Pour rappel des faits, en décembre 2015, des terroristes avaient fait une douzaine de victime avant d’être abattus par la police. À l’issue de cette fusillade, le FBI avait pu mettre la main sur l’iPhone 5C d’un des terroristes. L’agence fédérale américaine avait alors demandé à Apple de déverrouillé ledit téléphone, afin de faire progresser l’enquête, mais la firme à la Pomme a toujours refusé de le faire.

Cette affaire avait fait grand bruit, jusqu’à pousser le FBI à trainer la firme de Cupertino devant un tribunal. De son côté, Apple s’est toujours défendu de sa décision de ne pas coopérer en affirmant qu’il ne fallait pas créer de porte dérobée dans iOS pour qui que ce soit, même le FBI, et ne pas créer un précédent menaçant la sécurité des utilisateurs d’iPhone à l’avenir. Finalement, le FBI a lâché l’affaire lorsqu’il était parvenu à débloquer l’iPhone de San Bernardino avec l’aide d’une entité tenue secrète… jusqu’à ce jour.

Une faille de Mozilla mise à profit

Comme le révèle le Washington Post, on sait enfin comment le FBI s’y est pris pour déverrouiller l’iPhone 5C des terroristes de San Bernardino. L’agence fédérale américaine se serait tourné vers Azimuth Security, une petite société australienne spécialisée en sécurité informatique. Comme l’explique l’article, celle-ci aurait utilisé un programme nommé « Condor » et basé sur trois failles, dont une reposant sur un module de Mozilla. Après de nombreux tests sur plusieurs modèles d’iPhone 5C, Azimuth Security est parvenu à accoucher d’une méthode fonctionnelle permettant de tester une infinité de mots de passe sans que l’iPhone ne s’efface.

Après une présentation au FBI et plusieurs essais concluants, l’agence fédérale américaine a déboursé près de 900 000 dollars pour déverrouiller l’iPhone de San Bernardino. D’ailleurs, une fois que le FBI est parvenu à entrer dans cet iPhone, celui-ci était tout simplement… vide.