Espace : Voyager 1 détecte des émissions de plasma hors de notre système solaire

Espace

Par Amandine Jonniaux le

La sonde Voyager 1 a détecté des émissions de plasma en dehors de notre système solaire. Une découverte qui pourrait indiquer la présence d’un autre soleil au-delà de l’héliopause.

© NASA

Lancée en 1977, la sonde Voyager 1 n’est pas encore à la retraite. À plus de 22,7 milliards de kilomètres de la Terre, l’objet humain le plus éloigné de notre planète vient de faire une nouvelle découverte historique. En dehors de notre système solaire, l’espace n’est vraisemblablement pas aussi vide qu’il n’y paraît, puisqu’il abrite des émissions constantes de plasma.

Perdu dans l’héliopause (partie de l’univers hors de portée des vents solaires), l’objet volant de la NASA aurait en effet indiqué aux scientifiques un bourdonnement constant à très basse fréquence depuis quelques années. Comme le détaille la revue Nature dans un article très complet (en anglais), cette vibration à 3 kHz serait en réalité la preuve de la présence d’émissions de plasma.

Des soleils pas si éloignés ?

Si la matière plasma est facilement trouvable sur Terre et dans notre espace proche, il est plus étonnant d’en retrouver au milieu de l’héliopause, dans un environnement a priori hors de portée des éjections de la couronne solaire. Si les quantités de plasma enregistrées par Voyager 1 sont évidemment beaucoup plus faibles qu’elles ne l’étaient dans l’espace intra-atmosphérique, cette émission constante de matière qui persiste depuis trois ans intrigue les scientifiques : Si notre soleil n’est pas à l’origine de ces perturbations, d’où proviennent-elles ? La question reste pour le moment sans réponse, mais Voyager pourrait encore nous surprendre. La sonde a encore quelques années devant elle avant d’être désactivée. Avec une vitesse de 61 000 km/h, elle a encore un long chemin à parcourir.

Source: Nature