Espace : un débris spatial percute l’un des bras robotisés de l’ISS

Espace

Par Amandine Jonniaux le

Malgré un impact impressionnant et la création d’un trou dans la couverture thermique de l’appareil, la Station spatiale internationale s’en est sortie indemne.

iss
© Nasa on the Commons

La vie dans l’espace n’est pas de tout repos. En ce début de semaine, l’Agence spatiale canadienne (CSA) a confirmé qu’un débris orbital était entré en collision avec la Station spatiale internationale, heurtant au passage son bras robotisé Canadarm2. Aperçu pour la première fois le 12 mai dernier par l’équipe d’astronautes présente sur place lors d’une inspection de routine, l’impact a été confirmé deux semaines plus tard par la CSA et la NASA. Plus de peur que de mal heureusement, puisque l’objet aurait simplement endommagé la couverture thermique de Canadarm2, sans pour autant toucher à sa structure. Le bras articulé de l’ISS, situé juste à l’avant du laboratoire reste donc parfaitement fonctionnel, et devrait pouvoir continuer à assurer ses prochaines missions à près de 410 km d’altitude. Aidé du robot Dextre, Canadarm2 devrait ainsi poursuivre ses opérations de maintenance, en remplaçant certains modules externes de l’ISS comme des antennes ou des panneaux solaires. La NASA et la CSA ont cependant assuré que le bras robotisé de l’ISS allait faire l’objet d’une surveillance accrue ces prochaines semaines.

Impact de débris spatial sur l'ISS
© Canada Space Agency

Trop petit pour être détecté

Dans l’espace, la moindre collision peut être fatale tant la différence de pression est importante entre l’intérieur et l’extérieur du vaisseau. Pour éviter de mettre en danger l’ISS et ses habitants, la NASA surveille de près tout objet environnant afin d’anticiper d’éventuelles manœuvres d’évitement. Malgré tous ces efforts, seuls les débris spatiaux plus gros qu’une balle de baseball peuvent être détectés. Les autres parviennent ainsi à passer à travers les mailles du filet. Un problème de taille donc, surtout à l’heure où l’espace est de plus en plus encombré, autant par les débris naturels que par les déchets abandonnés lors de précédentes missions humaines.

Source: Cnet