États-Unis : Trump a demandé à Apple de saisir les données d’opposants politiques

Apple

Par Amandine Jonniaux le

Selon les informations du New York Times, l’ancien président Donald Trump aurait fait saisir auprès d’Apple lors de son mandat, les données personnelles de deux parlementaires démocrates ainsi que de plusieurs membres de leur famille

© Geralt / Pixabay

Même une fois sorti de la sphère politique, Donald Trump continue de faire des émules. Après avoir pris position contre Facebook et Twitter en félicitant le Nigeria d’avoir fait interdire le réseau social cette semaine, l’ancien président des États-Unis fait à nouveau parler de lui. Cette fois, c’est une enquête du New York Times qui dévoile que durant son mandat, l’homme politique aurait fait saisir auprès d’Apple les données de deux parlementaires démocrates ainsi que de certains de leurs proches familles et collaborateurs. Eric Swalwell et Adam Schiff, en plus d’être de fervents opposants politiques à Donald Trump, siégeaient tous les deux à la commission du renseignement de la Chambre des représentants.

Trump a-t-il abusé de son pouvoir présidentiel ?

Les assignations visant à l’obtention de telles données ont ainsi concerné, dans un premier temps, le représentant de Californie Adam Schiff. Saisies entre 2017 et 2018, les données personnelles ont ainsi été demandées alors que le ministère enquêtait sur des fuites d’informations classifiées, et d’éventuels contacts entre l’administration Trump et le gouvernement russe.

Toujours selon le New York Times, les procureurs du ministère de la justice en activité à ce moment-là se seraient ainsi montrés particulièrement actifs pour identifier la source de ces fuites. En plus des données de ces deux parlementaires, les autorités auraient aussi fait saisir celles de leurs collaborateurs, mais aussi de leur famille, y compris un mineur. Les données récoltées n’avaient à l’époque permis d’obtenir aucune preuve précise le journal, ce qui n’a pas empêché le ministre de la Justice de l’époque Bill Barr de relancer l’enquête un an plus tard. Pour le moment, ni Apple ni le gouvernement américain ne s’est exprimé sur cette affaire. Eric Swalwell a quant à lui confirmé avoir fait l’objet d’une saisie de données de la part d’Apple, tandis qu’Adam Schiff a accusé Donald Trump d’avoir “essayé d’utiliser le ministère comme une matraque contre ses opposants politiques et les membres des médias. Cela et d’autres affaires suggèrent une instrumentalisation de l’application de la loi par un président corrompu”.