Trump voudrait faire interdire Twitter et Facebook

L’ancien président américain n’a décidément pas fini de faire parler de lui. Après son bannissement de Twitter et de Facebook l’année dernière, Donald Trump a largement critiqué les deux réseaux sociaux, sur lesquels il avait pourtant pris l’habitude de s’exprimer durant son mandat.

Donald Trump
© Flickr

Entre Donald Trump et les réseaux sociaux, le drame n’est jamais loin. Alors qu’il avait fait de Twitter son principal mode de communication présidentielle durant son mandat, l’ancien chef d’État a finalement été banni de la plupart des plateformes en ligne suite à ses déclarations lors des dernières élections présidentielles américaines, qui avaient notamment conduit aux violentes émeutes du Capitole.

Trump voudrait faire interdire Twitter… et Facebook

Désormais en guerre ouverte contre les réseaux sociaux, Donald Trump a publié aujourd’hui un communiqué, dans lequel il félicite le Nigeria d’avoir banni Twitter de son pays. Une décision prise par le gouvernement du pays d’Afrique de l’Ouest cette semaine, alors que la plateforme avait censuré un message du président Buhari qui menaçait ses opposants politiques. “Davantage de pays devraient interdire Twitter et Facebook qui ne permettent pas un discours libre et ouvert — toutes les voix devraient être entendues. Qui sont-ils pour dicter le bien et le mal s’ils sont eux-mêmes mauvais ? J’aurais peut-être dû le faire pendant que j’étais président”.

Après avoir usé et abusé de Twitter pendant son mandat, Trump voudrait désormais interdire les réseaux sociaux – ou du moins ceux qui ne le soutiennent pas. L’ancien chef d’État s’en est d’ailleurs aussi pris à Facebook, qui a récemment officialisé son bannissement pendant au moins deux ans. Selon la version de Trump, le GAFAM aurait dû être banni au cours de son mandat, “mais Zuckerberg n’arrêtait pas de m’appeler et de venir dîner à la Maison-Blanche pour me dire à quel point j’étais génial”.

Privé de réseaux sociaux, Donald Trump avait pourtant tout essayé pour reprendre sa place dans le débat public. Après avoir tenté sans succès de contourner les interdictions de Twitter, l’homme politique avait ensuite lancé son blog “Dans le bureau de Donald J Trump”, où il distillait messages et communiqués “officiels”. Un flop retentissant, puisque moins d’un mois après sa mise en ligne, ce dernier a finalement été clôturé, faute d’audience.